MUSIQUE

Écoutez 9 artistes que vous pourrez voir décoller à ProPulse

Écoutez 9 artistes que vous pourrez voir décoller à ProPulse

ProPulse offre les scènes du Botanique à des groupes émergents. Aux yeux et aux oreilles des pros du secteur, ils peuvent marquer les esprits et construire des tournées dans les régions. Vous pouvez aussi vous faire une idée en trois soirées. ProPulse

ProPulse ouvre les scènes du Botanique aux sons qui pourraient faire l’avenir de la scène pop-rock de chez nous. On a sélectionné 3 projets par soir, à écouter ici et à voir live dès ce 3 février.

ProPulse, c’est un peu comme une élection primaire dans l’Iowa: l’occasion pour les outsiders de se faire connaître d’un public un peu moins averti. On ne parle pas encore d’aller tutoyer Stromae au Madison Square Garden. Mais bien plus que The Voice, le ProPulse est le marchepied idéal vers les salles belges qui pavent le chemin vers les stades. Ou plus modestement, l’AB. Qui sait?

La partie publique de cet annuel rendez-vous «des arts de la scène» se focalise sur la musique. Comme d’habitude, le Botanique ouvre ses salles aux jeunes groupes prometteurs pour trois soirées entre Rotonde et Orangerie. Entre soul et folk expérimental, rock dur et hip-hop instrumental, le programme est très pop. On vous brosse en musique un rapide portrait de quelques têtes prometteuses à rencontrer là-bas.

+ ProPulse, ces 3, 4 et 5 février 2016 au Botanique, 8€ par soir pour 5 concerts

Mercredi 3 février

Two Kids on Holiday - Ils ne sont pas deux, mais trois: les Two Kids on Holiday nous rappellent un peu leurs aînés de BRNS. On surfe ici entre post-rock cathédrale et pop aquatique, harangues sauvages, échos célestes et mélodies bien dressées.

Siam - Un timbre énorme, une production léchée, un sens du gimmick catchy, un piano ondoyant et une certaine grandiloquence groovy: Siam a tout pour s’imposer entre des calibres comme Adèle et Rihanna ou, plus près de chez nous, Selah Sue.

Kings of Edelgran- Ça leur convient bien, de boucler la soirée, aux Kings of Edelgran: leur post-rock mâtiné de folk, savantes arabesques acoustiques persillées de fulgurances électriques rappelant c’est vrai Sigur Ros, dessine des paysages éthérés dans lesquels il fait bon s’envelopper avant de se lover dans les bras de Morphée.

Jeudi 4 février

Facteur Cheval- De l’expressionniste loufoque Carl Roosens (Carl et les Hommes Boîtes), on ne pouvait attendre un projet qui rentre dans les cases bien sages de la pop. Allié à trois autres cow-boys du western bruxellois, il dégaine ses allitérations baroques dans Facteur Cheval, un math-rock complètement cinglé. En selle!

Ulysse - L’odyssée d’Ulysse a commencé sur les bancs des études. Mais le vent a gonflé les voiles du groupe après deux batailles gagnées pour les tremplins de Dour et des Ardentes. Le glaive pop affûté sur une pierre fondatrice electronique, voir dubstep, le trio accoste à ProPulse avec son 2e EP dans les cales.

Zomb. - Les prods hip-hop du Bruxellois Zomb, léchées, peuvent autant prétendre à illustrer les scènes feutrées de la série Mad Men qu’à faire suer les clubs dans l’opacité des fumigènes. Sur la musique de ce pote de Veence Hanao, les cuivres et clavier suaves léchouillent les beats mous, les saccades cassent la sérénité de façade. C’est mature, voire carrément adulte.

Vendredi 5 février

Faon Faon- On sent chez Faon Faon l’influence de Yelle comme d’Au Revoir Simone, soit des projets à forte teneur féminine et haut degré de pop. Soutenus de productions de chambre périlleusement cheaps, le texte en français, doucement ironique, claque fort et net.

In Lakesh- Le quintet pop-folk franco-bruxellois n’en est pas à son coup d’essai puisqu’In Lakesh a remporté le Verdur Rock 2015. Dans la grande tradition de la scène belge francophone, entre Fleet Foxes et Girls in Hawaii, ces barbus livrent un son délicat et atmosphérique aux résonances immédiates.

Jeremy Walch- Il y a des échos seventies dans le fuzz de Jeremy Walch comme dans la chemise bariolée de son leader. Et dans cet harmonica. On attend encore que le groupe salisse un peu son psyché bluesy pour flirter un peu plus avec des références telles qu’Hanni El Khatib ou, plus près, Mountain Bike.