article abonné offert

TEMPLEUVE

Il se sentait victime, donc il cogne !

Il se sentait victime, donc il cogne !

Même s’il n’est jamais agréable d’être ralenti par un convoi agricole, rien ne justifie les coups! ÉdA – 30386741132

À deux reprises, l’homme a cogné après avoir utilisé un spray lacrymogène de façon totalement gratuite. Toutefois, il demande la clémence du tribunal.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 95 des 520 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?