Frasnes-lez-Anvaing

34 mois pour finaliser pas mal de projets à Frasnes

34 mois pour finaliser pas mal de projets à Frasnes

À côté du symbolique Carré de Sucre un peu défraîchi («On n’arrête pas de demander lau SPW d’intervenir», dit le bourgmestre), plusieurs projets ambitieux verront le jour. L’occasion de mutualiser les aménagements prévus, estime la CRAT. EdA

À l’heure de dresser le bilan des promesses tenues (ou non), la majorité estime maintenir le cap «?sans saler l’addition?». L’opposition attend beaucoup mieux…

 

++ A lire aussi: Le regard de l'opposition, Le regard du Collège, Le dossier, Qu'attendre des élections en 2018?, La politique, c'est aussi du sport

Depuis le début de cette mandature, la Commune de Frasnes-lez-Anvaing s’est vue gratifiée d’au moins dix-huit visites ministérielles (8 PS, 5 cdH, 3 MR et deux Écolo). Un record du genre pour une entité de 11 700 âmes ! « C’est vrai que ce défilé apparaît assez étonnant d’autant qu’ils viennent parfois, y compris ceux de notre parti, pour un oui ou pour non. On se demande vraiment pourquoi », s’interroge Michel Devos. Évidemment, plusieurs réalisations ont été inaugurées depuis le mois de décembre 2012, du parc éolien de Ventis à Moustier à la zone d’activité économique de la Sucrerie en passant par celles des écoles de Saint-Sauveur et Anvaing ou de la place de Moustier (là, personne n’est venu !), trois dossiers vraiment initiés par le Collège.
Championne des énergies renouvelables en 2014, l’entité a aussi vu la rénovation de la place de l’Hôtel de ville terminée et la reconnaissance d’une partie des anciens bassins de décantation en réserve naturelle domaniale. Elle a lancé son propre groupement d’achat, le programme Sport sur ordonnance et un marché des producteurs avec le Parc naturel, a relancé la Foire commerciale, s’est engagée dans un troisième PCDR, a signé la charte du PCDN, obtenu deux millions pour la sécurisation de la RN 60, accueilli la FRW et rapatrié le centre culturel du Pays des Collines… « C’est vrai que ma force est d’avoir de bonnes relations avec tous les ministres, car je peux être dur en politique et apprécier l’homme », commente le député-bourgmestre en espérant que la plupart des projets impulsés seront concrétisés avant la fin 2018.

De nombreux dossiers sont préparés anticipativement, afin de s’engouffrer dès qu’une possibilité de subsidiation se présente…
S’il consulte la déclaration de politique générale, le citoyen frasnois semble en droit d’attendre plus de la méthodologie participative (une somme est inscrite au budget) et des projets de logements ou de mobilité. La Commune a dû modifier son projet de création de pôle sportif à Anvaing et s’est vue fustiger par l’opposition pour avoir dépensé de l’argent inutilement : le Palace, le démontage des casse-vitesse, la fin de la Maison du Sucre, l’achat d’immeubles à la Grand-Place – « Ça va coûter un million d’euros pour avoir un trou en face de l’église », estime la minorité. Ces trois ans ont aussi été marqués par la délégation de la présidence du conseil à Daniel Richir. « Cela valorise cette fonction en permettant de clarifier les positions de la majorité », estime M. Crucke. Au contraire, dit M. Devos, « ce n’est pas très gratifiant pour le président, son rôle est réduit à pas grand-chose et cela permet au bourgmestre d’avoir toujours le dernier mot. »

Et aux débats d’apparaître un peu plus longs…