Le bourgmestre Jean-Luc Crucke ne semble pas trop déçu de ne pas avoir été suivi par la Région wallonne dans le dossier de mégastructure sportive (dix millions d’euros) à Anvaing : « Nous voulions avoir une politique ambitieuse, cohérente, concertée et supracommunale. Si le ministre ne tient pas ce discours-là, il faut respecter son choix… »

La Commune a donc pris la tangente avec son projet, plus modeste (1,4 million), de nouveaux terrain de rugby et piste d’athlétisme et de, toujours près de l’athénée : « Il reste juste quelques modifications à apporter, en matière d’accès pour les moins valides. » Les travaux seront réalisés par la société Lesuco (parmi ses références : le stade Roi Baudouin !). Par ailleurs, le sport études devrait démarrer sur le site à la prochaine rentrée, avec dans un premier temps le volley-ball : « Les écoles publiques ont rendu un avis positif. Il n’y a donc plus aucun frein. » Et des prévisions optimistes annoncent le début des travaux (vestiaires, buvette, tribune) à l’AC Anvaing pour cette année encore.

« Il y a un réel et beau dynamisme, avec ses trois salles, concède Michel Devos (PS), mais nous remarquons que la Commune a une version très partisane du sport qui est pourtant une valeur universelle. Le volley, qui marche bien, a tout ce qu’il veut, quitte à pousser d’autres clubs dehors. Le basket est parti, le futsal, doit lutter pour vivre… L’AC Anvaing va pouvoir se développer avec ses nouvelles infrastructures après avoir racheté ses terrains. Le bilan est donc en demi-teinte. Frasnes est une commune sportive pilotée par des gens qui en font outil politique. » Michel Delitte craint que l’extension de l’espace dévolu aux arts martiaux « ait du mal à voir le jour à cause des autres projets. » Didier Verdoncq pense comme son collègue cdH que la piste d’athlétisme pouvait attendre : « Il y avait d’autres priorités. C’est comme passer d’une vieille charrette à une voiture de luxe. » Il croit qu’il ne faut plus attribuer de subside « sous forme d’argent » (mais sous forme de services ou avec l’obligation de mener à bien certains projets) et regrette la disparition du mérite sportif