SÉCURITÉ ROUTIÈRE

Radars et PV au Grand-Duché : vous n’y échapperez pas !

Radars et PV au Grand-Duché : vous n’y échapperez pas !

Si la perception ne sera plus immédiate, elle franchira la frontière avec l’échange des données liées aux infractions entre Grand-Duché, Belgique, France et Allemagne. pixarno – Fotolia

L’échange des données liées aux infractions commises sur la route entre pays voisins sera prochainement effectif. En cas de PV au Grand-Duché, il sera difficile de passer entre les mailles du filet.

Alors que les premiers radars fixes y sont installés, une autre disposition directement liée à la sécurité routière et à la répression fait son chemin ces jours-ci, au grand-duché de Luxembourg.

Ainsi, selon nos confrères du quotidien luxembourgeois gratuit L’Essentiel, la perception des PV sanctionnant des automobilistes étrangers passera désormais par l’échange de données liées aux infractions commises sur la route entre le Grand-Duché et les pays voisins, dont la Belgique.

Concrètement, le Grand-Duché n’applique pas encore cet échange d’informations. «Cela se fera en même temps que la mise en service des radars, mi-mars», prévient toutefois Florent Goniva, porte-parole de la police grand-ducale, ce mardi sur le site lessentiel.lu.

Actuellement, la police grand-ducale arrête les contrevenants et perçoit les amendes directement. Une fois les premiers radars fixes mis en service, elle pourra donc faire appel aux polices belge, allemande ou française pour sanctionner les conducteurs étrangers.

Et si, malgré tout, les contrevenants faisaient la sourde oreille? «La justice des pays qui participent à cet échange transfrontalier ne fait pas de cadeaux», assure-t-on au ministère du Développement durable et des Infrastructures, à Luxembourg. Rappel et même convocation par le parquet suivront. Avec sanction à la clé.

Les huit infractions suivantes entrent dans le cadre de l’échange de données:

– l’excès de vitesse

– le non-port de la ceinture de sécurité

– le franchissement d’un feu rouge

– la conduite en état d’ivresse

– la conduite sous l’influence de stupéfiants

– le non-port du casque

– la circulation sur une voie interdite

– l’usage d’un téléphone portable au volant

À lire dans «L’Avenir Luxembourg» de ce mercredi 3 février, sur tablette, smartphone ou PC