TC Bruxelles - "Nous avons été durs avec nos enfants" (partie civile)

Des anciens membres de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), parties civiles au procès de cette supposée secte, ont témoigné, mardi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, des règles de vie au sein de l'OKC. Ils ont notamment parlé de l'encouragement du "maître" de l'OKC, Robert S., à vivre loin de leurs enfants. Une dizaine de personnes physiques et morales liées à l'OKC sont prévenues pour escroqueries, extorsions, faux... Robert S., lui, doit également répondre de faits de viol.

"On nous a appris à être dur avec nos parents puis ensuite avec nos enfants", a relaté un ancien membre de l'OKC. "Pourtant quand j'y réfléchis maintenant, c'était illogique", a-t-il dit.

"On pensait à nos enfants, on pensait à eux dans nos prières, mais c'est tout. Moi, j'avais tourné la page de la vie familiale, sans vraiment m'en rendre compte", a dit une autre ancienne adepte.

Depuis l'ouverture de ce procès, quelque vingt-cinq anciens membres de l'OKC ont rejoint les bancs de la partie civile.

Parmi ces plaignants figurent certaines personnes qui ont grandi au sein de la communauté OKC et qu'on a appelées les "enfants oubliés de l'OKC".

Confiés par leurs parents à des enseignants de ce groupe confessionnel, ces enfants ont grandi dans des monastères isolés, en France et au Portugal notamment.

Ils sont nombreux à venir raconter aujourd'hui au juge qu'ils ont été maltraités et abusés sexuellement dans ces endroits.

Néanmoins, les prévenus, des membres et des ASBL de l'OKC, doivent répondre d'autres types de préventions, notamment de nombreuses escroqueries.

Le procès se poursuivra jeudi. Le juge devrait alors terminer les auditions des personnes qui se sont constituées parties civiles.