BRUXELLES

La Région bruxelloise croit aux capsules vidéo contre la radicalisation

La Région bruxelloise croit aux capsules vidéo contre la radicalisation

Rudi Vervoort BELGA

Malgré la polémique autour du réalisateur Ismaël Saïdi, la Région bruxelloise a bien l’intention de concrétiser ses capsules vidéo dans le cadre de la lutte contre la radicalisation.

Le retrait du réalisateur Ismaël Saïdi du projet de réalisation de capsules vidéoavec le soutien financier de la Région bruxelloise, dans le cadre de la lutte contre la radicalisation ne signifie pas la fin du projet de l’ASBL AviScène.

Celle-ci poursuivra le travail, quitte à le faire sans Ismaël Saïdi, dont M. Vervoort a une nouvelle fois loué les mérites, a affirmé mardi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, lors d’une rencontre avec quelques journalistes, à l’occasion du Nouvel An.

Pour M. Vervoort, il n’en demeure pas moins que des initiatives doivent être prises à plusieurs niveaux de pouvoir pour poser les actes fondateurs d’un «islam des lumières», notamment en réexaminant la convention de bail emphytéotique qui lie l’État fédéral et les occupants de la mosquée non reconnue du Cinquantenaire, qui exercent une influence significative sur une bonne partie de la population musulmane à Bruxelles, et en travaillant sur la formation des professeurs de religion islamique.

Bientôt un «coordinateur anti-radicalisme»

De son côté, le gouvernement de la Région bruxelloise désormais compétente en matière de prévention de la sécurité, à la suite de la dernière réforme de l’État, désignera d’ici quinze jours un «coordinateur anti-radicalisme» qui devrait être une personnalité de haut vol, si l’on en croit Rudi Vervoort.

L’Organisme d’Intérêt Public de coordination de la sécurité que la Région bruxelloise devrait quant à lui être totalement opérationnel d’ici les prochaines grandes vacances, a encore dit le ministre-pérsident bruxellois.

L’annonce du financement par la Région bruxelloise de la production de capsules vidéo par l’ASBL AviScène, créée par Ismaël Saïdi, auteur de la pièce de théâtre «Djihad» avait donné lieu à un début de polémique au sein de la majorité bruxelloise, après les questions posées par le chef du groupe DéFi au parlement bruxellois, Emmanuel De Bock.

Celui-ci avait notamment critiqué, jeudi dernier, l’absence de mise en concurrence de ce projet avec d’autres et de décision du conseil des ministres bruxellois.

Sur ce dernier point, l’analyse de l’élu de la formation amarante avait aussitôt été contestée par le ministre de DéFI Didier Gosuin selon lequel la décision a été prise collectivement par les ministres bruxellois le 10 décembre dernier.

La réaction du ministre Gosuin fut d’autant plus vive qu’entre-temps, M. Saidi avait informé le ministre-président Vervoort qu’il renonçait à l’initiative portée par l’ASBL AviScène.


Nos dernières videos