BRUXELLES

Saidi: Clerfayt juge que De Bock a fait son job de parlementaire

Saidi: Clerfayt juge que De Bock a fait son job de parlementaire

- Belga

Le député-bourgmestre DéFI de Schaerbeek, Bernard Clerfayt a estimé vendredi qu’ Emmanuel De Bock, n’avait fait autre chose que son travail parlementaire en s’interrogeant sur la manière dont on a attribué le subside de 275.000€ à l’ASBL d’Ismaël Saïdi en vue de la réalisation de capsules vidéo dans le cadre de la lutte contre la radicalisation.

Il s’est dit par ailleurs «profondément gêné par cet abîme politico-grotesque dans lequel nous entraînons Monsieur Saïdi».

«Il est heureux que Monsieur Emanuel De Bock s’interroge sur la manière dont on a attribué ce qui aurait du être un marché. Cela parait ridicule en comparaison avec les états de service de Monsieur Saïdi, mais c’est ainsi. C’est une commande de 275.000€ et il est nécessaire de passer par un marché public... Le contrôle est une des prérogatives d’un parlementaire», a commenté Bernard Clerfayt.

Bernard Clerfayt a souligné qu’il avait vu à plusieurs reprises la pièce de théâtre «Djihad», d’Ismaël Saïdi, qu’il l’avait recommandée pour les écoles de sa commune, ...

«Est-ce pour cela que j’essaye de récupérer politiquement Monsieur Saïdi? Madame Milquet a recommandé son spectacle. Le voici donc CDH. Le premier ministre a vu aussi la pièce et a rencontré l’auteur, le voilà MR. Le ministre-président propose de lui confier un travail audiovisuel, il est socialiste. C’est une pitrerie dégradante pour Monsieur Saïdi. Je comprends aisément son désir de fuir cet environnement kafkaïen. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une pièce supplémentaire dans le dossier laïcité», a poursuivi le député-bourgmestre.

M. Clerfayt a enfin jugé qu’il eut été «intelligent d’englober ce marché public dans une politique globale de lutte contre la radicalisation violente».


Nos dernières videos