NATURE

Hiver trop doux, abeilles en péril

L'hiver que nous connaissons cette année, avec plus de 15° à Noël, n'a pas que des effets néfastes pour les cultures et les vergers. Les abeilles souffrent également de ce phénomène météo inhabituel.

Les abeilles, déjà menacées par l'utilsiation des pesticides, ont besoin d'un véritable hiver. Lors d'un hiver normal, les abeilles ne sortent pas de leur ruche et donc dépensent peu d'énergie. Mais les températures enregistrées actuellement les désorientent. Plutot que de rester confinées dans les ruches, elles sortent, partent à la recherche de nourriture, de pollen, mais n'en trouvent évidemment pas. Dès lors elles s'épuisent en dépensant de l'énergie et sont obligées de puiser dans leurs réserves. Car une fois rentrées à la ruche, elles n'ont pas la nourriture nécessaire pour retrouver leurs forces.

Brieuc Dispersyn est apiculteur dans le Brabant Wallon. Il gère plusieurs dizaines de ruches dans différentes implantations, dont sept ruches disposées au fond du... cimetière d'Ohain (Lasnes). Au milieu des allées, des rangées de tombes de ce cimetière labellisé "cimetière nature", les seules fleurs que l'on trouve à cette saison sont... en plastique. Et pour les abeilles, le constat est sans appel : il n'y a rien à manger.

Une solution ?

Pour l'apiculteur, il y a tout de même une solution. Il peut disposer sous le toit de la ruche un pain de sucre qui permet aux abeilles de se nourrir. Ce n’est malheureusement pas une solution miracle puisque malgré ses bons soins, il a déjà perdu une colonie cette année (on le voit ouvrir cette ruche dans notre reportage vidéo). S'il y a des ruches dans votre environnement direct, il n'y a rien à faire (en particulier si vous n'avez aucune connaissance en apiculture). Et il ne faut surtout pas ouvrir une ruche en cette saison. En effet, la température à l'intérieur peut avoisinner les 25°. L'ouvrir, c'est d'office un coup de froid qui peut se révéler mortel pour les abeilles.

Autre danger, l'apiculteur redoute l'apparition d'un parasite des ruches, le varroa, qui se fixe sur les larves, et pourra continuer à prospérer cet hiver
 

Et au printemps ?

Que se passera-t-il au printemps ? Brieuc ne peut rien prévoir. Mais il craint de retrouver des ruches beaucoup trop faibles et qui n'ont pas assez de nourriture. Et lorsque la reine aura repris sa ponte, la colonie risque de ne pas survivre.

Découvrez notre reportage parmi les ruches de Brieuc dans notre vidéo ci-dessus.