COMMENTAIRE

"2016, une année pleine de surprises"

"2016, une année pleine de surprises"

EdA

Chaque vendredi, Daniel Jonette, le chef des sports de l'Avenir Luxembourg, livre ses impressions, non sans humour

Nos journalistes n’écrivent pas seulement l’Avenir. Ils le prédisent aussi. La preuve, on vous présente ici ce qui nous attend en 2016.

– 28 février. Mathieu Detaille commet une bourde. Une relance ratée au pied qui coûte la victoire à son équipe. Sur Facebook, Nique, Pepic et Ancia sont les premiers à manifester leur soutien au portier de Saint-Léger.

– 10 mars. Le printemps arrive et Thierry Nicolay procède à la réfection de sa pelouse. Il opte pour du synthétique.

– 2 avril. Thierry Siquet sourit. Roger-Pierre Neuville aussi.

– 17 avril. Gouvy assure son maintien à la dernière journée. Oui, oui, toujours avec Pol Leemans à sa tête.

– 17 avril encore. Un moment largué après une reprise catastrophique, Ethe revient en boulet de canon et coiffe sur le fil Mormont et Durbuy dans la course au titre. Aux anges, Mario Machado n’en finit plus de féliciter tout le monde, arbitres et adversaires compris.

– 24 avril. Contrecoup. Ethe en prend six en demi-finale de la Coupe contre Meix. Sans Gustin et Godart dont on était sans nouvelles depuis la fête (prolongée) du titre, Tous deux font leur réapparition juste avant le match et prennent place en tribune. Où Matthieu Godart, à 0-3, décide de rejoindre le kop méchois pour entonner son célèbre «Meixiiiiiicoooo». Après le match, Machado s’en prend aux arbitres. «Meix nous a pris la cerise sur le gâteau», déclare laconiquement le président-boulanger Thierry Baillot qui rêvait du doublé.

– 10 mai. Avec le Standard, Renaud Emond finit meilleur buteur des play-off… 2. Le grand public réclame son intégration dans le noyau élargi des Diables. Avec l’aval de la FIFA, Wilmots opte finalement pour Mémé Tchité.

– 15 mai. Romain Llorens annonce son départ de Neufchâteau. Rien d’étonnant jusque-là. Plus surprenante est sa future destination: l’équipe de… volley de Bouillon. «Comme libero, précise-t-il. L’idée de jouer avec un maillot différent de celui de mes équipiers me tente beaucoup.»

– 20 mai. Alors que l’Excelsior, au prix d’un sprint final époustouflant a terminé dans le Top 8, la Commune de Virton annonce qu’elle ne pourra consacrer une part de son budget à l’agrandissement obligatoire du stade. Désolation jusqu’à ce qu’un homme ressorte de l’ombre. Un entrepreneur, qui veut bien financer la part non subsidiée des travaux à la seule condition que le stade porte désormais son nom. Le Costantini Stadium est né. Dans la foulée, l’ancien président du feu FC Bleid sort enfin son bouquin, rédigé en collaboration avec Francis Collin: «Le p’tit Renato devenu grand.»

– 3 juin. C’est officiel, Vesqueville réinscrit une équipe première en championnat. Et le joueur-entraîneur est déjà connu: Fabrice Villa, l’ancien avant-centre et capitaine déchu d’Yvoir B, écarté après ses sautes d’humeur. «Vesqueville m’a redonné le goût du football», déclare-t-il.

– 18 juin. Pour affronter l’Irlande, Thomas Meunier est titularisé au sein d’une équipe belge qui doit absolument gagner. L’Ardennais de Bruges débarque au stade les cheveux teints en roux. « Pour mieux surprendre l’adversaire», ose-t-il. Un coup dans le mille: pour sa première titularisation en compétition officielle, il inscrit les deux buts de la victoire. La comparaison est vite établie avec Georges Grün, buteur lui aussi pour son premier match à l’Euro, en 1984. Dans la foulée, Meunier est transféré en Italie. Pas à Naples cependant, mais à l’Inter. «C’est ma passion pour l’art qui m’a poussé à choisir Milan», déclare-t-il avant de mettre deux petits ponts à Zlatan lors de Belgique – Suède.

– 25 juin. Marcel Javaux abandonne son poste de président du CP et rejoint la Review Commission. Daniel Muller lui succède.

– 28 juin. Mormont reprend les entraînements et arbore de nouvelles couleurs. «En été, avec la couleur orange, le bronzage de mes joueurs ne ressort pas assez», explique Philippe Medery qui sait évidemment de quoi il parle.

– 2 juillet. Maxime Monfort est au départ du Tour. Pas comme coureur, mais comme… consultant de Rodrigo Beenkens. «Avec moi à ses côtés, Rodrigo pourra davantage commenter dans l’instant, sans trop consulter ses fiches», déclare le Nadrinois. Marcel Javaux est le premier à approuver cette décision sur Twitter.

– 25 juillet. Pour en finir avec le tennis de table, Jean-Michel Saive accepte une dernière pige à Virton. Lors de la présentation officielle, Jean-Marc Cholot, grand fan virtonais, arborant un short retroussé pour l’occasion, enfile 47 verres d’orval devant les caméras. «Un pour chaque année de Jean-Mi!»

– 17 août. Rio. Julien Watrin, qualifié après sa seule course de l’année sur la distance, est au couloir voisin de Bolt en séries du 200 m. Intrigué par le tatouage du Virtonais, représentant un verre d’Orval et l’hostie du pâté gaumais, le Jamaïcain, grand amateur de burgers et de nuggets, a causé bouffe avec lui durant l’échauffement. Avant de lui servir de locomotive durant la course. Watrin éclate le record de Belgique du 200.

- 15 octobre. Nicolas Bodard assiste à une conférence de Jean-Marc Nollet, l’applaudit puis pose pour un selfie avec lui. En prenant soin de ne pas le bousculer.

– 28 novembre. Saint-Léger s’offre le scalp de Wellin, leader surprise en P1. Sur une surface enneigée, Logan Collin inscrit l’unique but du match après avoir éliminé six adversaires. «Un but à la Ingemar Stenmark», clame-t-il tout en rappelant avec fierté son passage dans le snowboard.

Nos dernières videos