SOCIAL

La grève des 21, 22 et 23 janvier reportée

La grève des 21, 22 et 23 janvier reportée

«Une négociation très respectueuse», a souligné Opaline Meunier, entourée des responsables syndicaux Belga

Les syndicats de cheminots ont entendu les plaintes des étudiants: le préavis de grève qu’ils ont déposé pour janvier est partiellement reporté

Les grèves sur le rail, annoncées pour les 6,7, 21, 22, et 23 janvier, étaient dénoncées comme particulièrement dommageables pour les étudiants du supérieur en examens: CGSP-Cheminots et CSC-Transcom ont annoncé hier le report, à des dates ultérieures, du mouvement des 21, 22, et 23. La décision résulte d’un accord conclu par les deux syndicats avec l’UNÉCOF, l’Union des Étudiants de la Communauté française, «forte de 50 000 membres, en concertation avec la VVS, le seul syndicat d’étudiants flamands: je m’exprime donc au nom de 300 000 étudiants du nord et du sud du pays, ce qui est particulièrement rare», a lancé Opaline Meunier, la vice-présidente externe du syndicat étudiant.

Une écoute «respectueuse»

«Nous avons pris l’initiative de la négociation» a expliqué cette étudiante de troisième année en droit aux Facultés de Namur, originaire d’Estinnes. «Elle s’est déroulée de manière très respectueuse, a-t-elle détaillé. Le front commun des cheminots a démontré sa volonté de ne pas s’opposer au déroulement des examens, ni de perturber le déroulement de la vie étudiante».

À quelle date le report du préavis de grève pour ces trois jours? «On attend de connaître la date de fin de tous les examens, au nord et au sud du pays», a précisé Michel Abdissi, le président des cheminots CGSP.

Pour les 6 et 7 janvier, le délai était «trop court, a relevé Opaline Meunier. Les cheminots ont lancé l’opération “ Ma portière t’est ouverte ”; des étudiants la prolongent avec “ Mon kot t’est ouvert ”; des auberges de jeunesse proposent des chambres à 10 ou 15 euros: la solidarité s’organise pour ces jours-là. Et nous invitons étudiants, et parents à être solidaires des cheminots. Car les restrictions qu’on leur impose nous sont préjudiciables aussi»

«Engueulades sur Facebook»

Coup de griffe pour la FEF (Fédération des Étudiants Francophones), qui compte le double des membres de l’UNÉCOF, «et s’est tue dans toutes les langues, en dehors d’engueulades par Facebook», et la conclusion est très politique: «des accords sont possibles avec les syndicats, avec du respect dans le dialogue».

CGSP-Cheminots et CSC-Transcom débattront en début de semaine prochaine sur la réponse à donner au président de la commission paritaire: à leur demande de «démineur», celui-ci a rappelé l’exigence du gouvernement de suspension préalable du préavis de grève.

«Un préavis peut se lever jusqu’à 48 heures avant la grève», a répété Marianne Lerouge, de la CSC-Transcom. Mais il faut une initiative: des sociétés ferroviaires, puisque le gouvernement bloque?