NICOLAS LOWYCK (4/8)

Aider les enfants à comprendre le cancer

Aider les enfants à comprendre le cancer

Dans ses livres, Nathalie Slosse met à la portée des enfants des sujets difficiles comme la maladie, la mort, la perte d'un emploi. Nicolas Lowyck

Ils parlent de maladie, de chômage, de décès et se donnent pour mission de favoriser la dialogue avec les plus petits. Ce sont les livres de l'ASBL Talismanneke.

Chaque semaine pendant deux mois, un étudiant en journalisme sélectionné pour le concours de la Belgodyssée propose un reportage sur le thème des nouvelles formes de solidarité. Découvrir le candidat de la semaine.
 

Il est 13h, ce lundi 2 novembre 2015, à Anvers. Les allées de l’Antwerp Expo ne désemplissent pas : depuis trois jours s’y déroule la Foire du livre, un événement chez nos voisins néerlandophones. Pour sa 79ème édition, les organisateurs ont souhaité mettre à l’honneur la “littérature jeunesse et les livres destinés aux jeunes enfants”.

De nombreux parents profitent des vacances de Toussaint pour amener leur petit dernier. Au stand 107, le public âgé de cinq à huit ans est conquis par l’histoire de Nathalie Slosse. A l’aide de pancartes rangées dans un présentoir, l’écrivaine explique comment un grand arbre malade passe des examens “qui ne présagent rien de bon”.

       Nathalie Slosse utilise des métaphores pour rendre les histoires plus parlantes, comme un arbre mangé par les vers pour symboliser le cancer.

 

Le diagnostic est clair : l’état de santé du personnage en écorce ne lui laisse plus beaucoup de temps pour vivre. Les jeunes spectateurs auraient pu finir en larmes, traumatisés par cet épilogue peu ordinaire. Il n’en est rien : ceux-ci cherchent des solutions, posent des questions. Bref : ils essaient de comprendre.


"Grote boom is ziek" (Grand arbre est malade) : le premier livre de Nathalie Slosse.

 

La solidarité intrafamiliale

    Une petite fille n’est pas là par hasard. Sa grand-mère a été emportée par la maladie, cette semaine. L’enterrement a lieu dans quelques jours. Le livre du grand arbre malade a permis à Maaike, sa maman, de pouvoir dialoguer avec elle, d’adapter ses explications à une interlocutrice âgée de 7 ans.

Maaike donne son opinion sur les livres de Nathalie Slosse.

 

Nathalie a de quoi être inspirée. Touchée par le cancer du sein alors que son fils avait 2 ans, elle a réalisé "qu’il n’y avait rien pour aider les très jeunes enfants face à des événements de la vie qui les concernent directement".

Sauvée, son histoire intéresse un éditeur qui souhaite d'abord cibler la communauté flamande, puis tout le pays. S’en suivront des ouvrages sur la maladie, mais aussi sur le chômage ou encore le décès. "En tant que parents, on est tentés de protéger son enfant, de garder intacte la bulle autour de lui. Mais je pense que les membres d’une famille qui traversent ces épreuves doivent le faire ensemble."

 

 

Les objectifs de Talismanneke

Nathalie préside l’ASBL Talismanneke, basée à Bruxelles, dont le mantra est de créer des "projets s’appuyant sur la créativité et l’imagination" pour aider les enfants rencontrant des problèmes psychiques. Tout projet part d’un postulat : dès le moment où l’enfant a subi un choc émotionnel, les métaphores l’aident à mieux digérer ce qu’il a vécu.

Cliquez sur le livre de votre choix pour plus d’informations.

 

L’association crée des livres, mais aussi des activités ludiques à réaliser à l’école ou en famille. Nathalie a lancé une initiative qu’elle appelle le "monstre aux Lego". Le principe ? Créer puis détruire un monstre géant qui symbolise le cancer. "Il faut y aller brique par brique, ça prend longtemps. Mais comme un vrai cancer, il y a moyen d’en venir à bout."

Il est 15h. Nathalie termine une séance de signatures et s’apprête à quitter la foire. La joie d’avoir passé une journée entourée de petits se lit sur son visage. "C’est pour eux que je le fais et c’est grâce à eux que je ressens l’envie de continuer."

 

Un dernier projet très "green"

L’imagination de Nathalie est sans limite. Son dernier projet ? Utiliser "un arbre, un vrai, dont on observerait pousser les branches. Ainsi, les enfants comprendraient mieux la notion du temps." L’arbre de Frimousse, qui devrait se trouver au Parc d’Edgmont à Bruxelles, n’est pas encore concret, mais Talismanneke soigne la communication autour de l’initiative avec, notamment, un clip à visionner ici.

 

Chaque semaine pendant deux mois, un étudiant en journalisme sélectionné pour le concours de la Belgodyssée propose un reportage sur les nouvelles formes de solidarité. Des livres pour venir en aide aux enfants (et à leurs parents) face à un deuil, à une maladie ou à la perte d'emploi d'un proche, par exemple, est le thème choisi par Nicolas Lowyck, qui a travaillé en binome bilingue avec Janne Vandevelde. N'hésitez pas à laisser vos commentaires sur son travail.

Nicolas Lowyck, Mouscron

Étudiant en journalisme à l’IHECS, en Master 2. Mouscronnois d’origine, bruxellois de cœur. "Multitask", tous les médias me conviennent, même si je ressens une grande préférence pour le télévisuel. Mon objectif ? Créer l’info de demain, carte de presse en main. A l’heure d’internet, tout secret semble compromis : ceux qui possèdent «le» pouvoir ne pourront plus cacher grand-chose. Au service du peuple, le journaliste récupère son rôle d’intermédiaire, de chien de garde. Le droit de savoir n’a jamais été aussi possible, plausible, à la portée de tous. @NLowyck

 

 

Les reportages radio des candidats de la Belgodyssée, c'est chaque samedi sur VivaCité, dans l'émission "Grandeur nature" d'Adrien Joveneau, de 15h à 17h.

Nos dernières videos