HANDICAP

Pourquoi les allocations familiales majorées sont suspendues près de Mons

Chez les enfants, le délai pour la reconnaissance du handicap peuvent monter jusqu’à 9 mois en régions montoises. Avec le risque d’une fin de versement des allocations majorées. Monkey Business – Fotolia

Le paiement d’allocations familiales majorées est suspendu dans la région élargie de Mons. Il y a des retards dans les traitements de reconnaissance du handicap des enfants: le délai de traitement des dossiers visant à évaluer le handicap et son évolution est actuellement de neuf mois

Si la moyenne nationale pour évaluer le handicap des enfants est très raisonnable: 3,3 mois en moyenne pour l’ensemble des dix provinces… Mais 5 mois à Bruxelles et 9 en région montoise. Mons affiche un retard est jugé très préoccupant par la direction générale Personnes handicapées du SPF sécurité sociale. Le traitement de certains dossiers dépasse même ce délai de neuf mois.

Le directeur général de la DG Personnes handicapées du SPF Sécurité Sociale, André Gubbels dit: «Un délai de neuf mois est exceptionnel et à ma connaissance jamais connu en dix ans», qualifiant la situation «d’assez intolérable».

 

Pas de rupture de payement pour les adultes

 

Le traitement des dossiers concernant les adultes handicapés subit également un retard dans la région élargie de Mons mais moins important que celui des enfants. Et, contrairement à celles des enfants, les allocations des adultes continuent à être versées tant qu’une nouvelle décision n’est pas prise.

Pour les enfants, le délai a des implications sur le versement des allocations majorées: «En raison de ces retards, des familles en attente d’une décision et dont le paiement des allocations est suspendu connaissent des difficultés», reconnaît le directeur général de la DG Personnes handicapées du SPF Sécurité Sociale, André Gubbels. Mais il ajoute «Heureusement, le versement est rétroactif: dès que la décision est prise, les allocations majorées sont versées.»

Le SPF Sécurité Sociale ne connaît pas le nombre de cas de suspension de paiement des allocations familiales majorées, car la décision de suspendre dépend de la caisse d’allocation. «Certaines personnes nous téléphonent quand la date arrive à échéance, dit André Gubbels. Certaines caisses sociales se montrent plus souples que d’autres.»

Un plan de rattrapage a été mis sur pied, indique la DG ‘Personnes handicapées’. L’ordre de priorité des dossiers pourrait ainsi être revu ou des dossiers en retard pourraient être transférés vers des centres dont les délais de traitement sont inférieurs.

 

 

Une pénurie de médecins

 

D’après le SPF Sécurité Sociale, la durée anormale du délai est liée essentiellement à une pénurie de médecins contrôleurs dans la région. «On fonctionne avec des médecins indépendants», explique André Gubbels. «Il y en a 200, mais certains travaillent avec nous à temps plein et d’autres seulement un jour par semaine.»

La pénurie de médecin ne touche pas le seul secteur Personnes Handicapées: «C’est un problème général: toutes les administrations ont du mal à trouver un médecin. Un rapport a été publié il y a un an. C’est lié au niveau de rémunération qui est trop bas. Il faudrait augmenter les budgets, mais on est en période d’économies…»

 

 

 

Augmentation du nombre de demandes

Le nombre de demandes augmente aussi. «Depuis la dernière réforme, le nombre de bénéficiaires a augmenté, passant de 35 000 à 50 000», explique André Gubbels. De plus, chez les enfants, le dossier doit être revu régulièrement, tous les deux à trois ans. «Il faut évaluer non seulement la déficience de l’enfant, mais aussi son degré d’autonomie et l’impact de son handicap sur la famille.»