FAKE-SIMILE

Selon une nouvelle étude de l'OMS, le racisme lui aussi est cancérigène

Selon une nouvelle étude de l'OMS, le racisme lui aussi est cancérigène

"Badge" De Wever, président de la N-VA, banalise le racisme décrit comme d'"une notion relative". Ce n'est pas l'avis de l'OMS ! Belga

Nouveau pavé dans la mare de la part de l'OMS : le racisme sous toutes ses formes peut lui aussi peut provoquer des cancers.

 

Après avoir lundi épinglé la viande rouge, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) annonce à présent que le racisme lui-aussi pourrait accélérer régulièrement la production chez les individus qui s'y complaisent de cellules cancéreuses.

En effet, le racisme génère une anxiété chez celui qui le pratique. Il est sujet à de multiples peurs, il se sent envahi, il est effrayé par toute personne ou chose qui lui paraît "différente".

Il en vient même à se demander "ce qui va se passer" s'il croise des gens d'une autre "race" ou "nationalité" lorsqu'il fait un jogging dans son village ! Il lui vient des idées saugrenues comme celle de créer des "milices privées".

Cette anxiété peut avoir des conséquences psychosomatiques dont le développement d'un cancer fait évidemment partie (mais ça peut être aussi un ulcère voire des boutons sur la figure).

Selon l'OMS, que le racisme soit pratiqué de façon cachée (on dissimule ses "vraies" opinions, ou on ne les partage qu'en cercle certains) ou de façon décomplexée (on affiche quasi un badge "Non aux réfugiés", on rédige des commentaires haineux et outranciers dans les forums de lecteurs, on jette des bananes dans les stades de football) aurait pourtant les mêmes conséquences néfastes pour la santé de l'individu. 

En effet, le racisme contrarié est vécu douloureusement parce qu'il est réprimé et crée des sensations d'étouffement.

Et lorsqu'il s'exhibe, ce n'est pas mieux puisqu'il s'expose un jour ou l'autre à une grosse claque, voire à une réprobation générale (voire pénale) de la société qui provoquera pour le raciste de nouveaux types d'angoisses cancérigènes genre "sentiment d'être incompris" ou "complexe de persécution".

Rappelons qu'il y a peu, sans aucune certitude scientifique, certains comme la N-VA présentaient le racisme comme "un concept relatif surtout utilisé comme excuse pour des échecs personnels". Banalisation dont on mesurera un jour les tristes conséquences sur la santé publique.

L'OMS de son côté précise encore qu'il est moins nocif pour la santé "de fumer en mangeant de la charcuterie dans un bâtiment bourré d'amiante" que d'être raciste. L'espérance de survie serait même nettement plus longue.