Sous Philippe le Bon

Une histoire d’amour et des secrets de famille sur un solide fond historique: les ingrédients qui font la réussite des romans d’Annie Degroote se retrouvent dans son 14e qui se déroule dans les Flandres belges et françaises sous Philippe III de Bourgogne, futur Philippe Le Bon.

À son troisième mariage à Bruges avec l’infante Isabelle de Portugal en 1430, sont présents trois enfants d’Insbette (enlumineuse héroïne des Racines du temps) et de Lucas (maître verrier): Loys, aide à la Garde-robe du duc, Nicolas et Naëlle, une ravissante jeune fille de 16 ans qui s’éprend de Thibault de Ghiselin. Problèmes: le jeune homme est marié et il est chevalier alors qu’elle n’est que bourgeoise. Par le biais de cette quête amoureuse, où apparaît aussi un enfant autiste, la romancière construit une passionnante fresque historique dont Lille est le décor principal. Une période charnière dans l’histoire de nos contrées marquée par la capture de Jeanne d’Arc, qui a fini par gêner Charles VII (et sur laquelle courent déjà des rumeurs) et par la création de l’Ordre de la Toison d’Or. Elle débouche sur la paix d’Arras signée avec la France en 1435, prélude à la fin de la Guerre de Cent Ans.

Annie Degroote, «D’infinies promesses», Calmann-Lévy, 382 p., 20€

Nos dernières videos