WÉPION

Un brûlé grave et plusieurs blessés dans une explosion à Wépion

Un brûlé grave et plusieurs blessés dans une explosion à Wépion

EdA

Hier vers 16h30, une violente explosion suivie d’un incendie a ravagé une grosse villa à Wépion. On déplore un brûlé grave et plusieurs blessés.

Il est 16h30 rue Adrien de Premorel à Wépion; les clients sont accoudés au comptoir de Pascal Duwez, tenancier du café Le Mosan, quand tout à coup, une violente secousse ébranle ce quartier. «On aurait cru la chute d’un avion…» dit, encore sous le choc, le cafetier. Plusieurs personnes sortent du débit de boissons et découvrent une vision de guerre: des châssis et de nombreux débris recouvrent la rue et les véhicules stationnés dans cette petite rue; d’autres se trouvent à plus de 20 mètres du n° 15, une maison à colombages, séparée en plusieurs appartements. C’est elle qui vient d’exploser. Le café est aussitôt transformé en centre de premiers secours et appel est lancé aux services de secours car l’habitation prend feu.

Les pompiers de la zone Nage du poste de Namur aux ordres du colonel Pierre Bocca se rendent immédiatement sur les lieux avec deux autopompes, deux citernes, deux auto-échelles, quatre ambulances et l’unité SMUR de Godinne. À l’arrivée des secouristes, la situation est critique, l’ensemble de l’habitation est la proie des flammes et dégage un panache de fumée visible de loin; deux autres maisons mitoyennes ont également souffert des dégâts de l’explosion. Un périmètre de sécurité est installé aux alentours de crainte d’une autre explosion.

Au total, cinq personnes sont blessées dans cette explosion suivie de l’incendie. Quatre d’entre elles, notamment des sauveteurs providentiels, le sont légèrement, intoxiquées par les fumées ou bien présentant quelques contusions.

La situation est plus problématique pour l’occupant d’un des appartements, Jean-Pierre Goffin, un septuagénaire fortement brûlé; il doit son salut aux riverains (lire ci-dessous). Il est conduit à l’IMTR de Loverval dans un état jugé sérieux.

Une bombonne de gaz?

La police de Namur, notamment les motards venus en nombre, écarte les nombreux badauds et coupe la circulation sur la chaussée de Dinant toute proche dans les deux sens.

Selon les premiers éléments recueillis sur place, l’explosion serait due au gaz mais pas nécessairement au gaz de ville alimentant le quartier; une bonbonne pourrait être en cause, confient les opérateurs d’Ores descendus sur les lieux. Les opérations de déblaiement prendront une bonne partie de la nuit; la stabilité du bâtiment en partie soufflé n’étant plus assurée, il faudra probablement l’abattre.

Les autorités communales, entre autres Tanguy Auspert et Anne Barzin, se rendent sur les lieux du drame pour réconforter les sinistrés et féliciter les secouristes. Les dégâts sont très importants, outre les trois appartements sinistrés composant la maison, les maisons attenantes ont également beaucoup souffert et les occupants devront être relogés via les services sociaux de la ville. Les véhicules proches du lieu de l’explosion portent les stigmates du souffle dévastateur avec des vitres cassées ou des débris projetés sur celles-ci.

À l’heure d’écrire ces lignes, les opérations d’extinction se terminaient et les sapeurs allaient pouvoir inspecter les décombres.