FAKE-SIMILE

Anderlecht : désormais, les supporters seront chargés de tirer les pénalties

Anderlecht : désormais, les supporters seront chargés de tirer les pénalties

La ministre Liesbeth Homans n'est malheureusement pas compétente pour désigner un tireur de pénalties au Sporting d'Anderlecht. -

Trois pénalties ratés sur le même match ! Plus aucun joueur ne veut les tirer désormais à Anderlecht. Qu'importe, on a trouvé une solution...

 

Ce n'était déjà pas la gloire après la défaite jeudi soir en Azerbaïdjan, mais depuis dimanche soir, le Sporting d'Anderlecht fait rire toute la planète foot.

Trois pénalties ratés sur un même match, c'est en effet une sorte de record. Qui prolonge ce qu'on appelle depuis plusieurs saisons à Anderlecht "la malédiction des pénalties".

Désormais, plus aucun joueur ne veut les tirer.

Le traumatisme est tel que la direction a même demandé à la fédération une sorte de dérogation pour que les arbitres ne sifflent plus en faveur des Mauves. Qu'ils sifflent plutôt autre chose, un coup-franc, un corner, une pause-café. Mais de grâce, plus un pénalty !

Certains ont même pensé attribuer à la ministre flamande Liesbeth Homans la responsabilité de désigner le tireur à l'avenir. Mais Anderlecht ne joue pas (encore) sur un territoire qui relève de sa compétence.

Comme aucun transfert n'est possible pour l'instant, la direction du club a dû trouver une autre solution. La voici.

1. Chaque semaine, trois supporters parmi les plus fervents du club seront tirés au sort. Ils recevront une affiliation expresse et prendront place sur le banc, aux côtés des joueurs, et revêtus du maillot qui leur est cher. 

2. Lorsque surviendra un pénalty en faveur du Sporting, le coach Besnik Hasi procédera immédiatement à un changement et fera entrer un des supporters. Qui sera chargé de "botter le cuir", comme on dit.

3. S'il réussit, ce sera tant mieux pour l'équipe, s'il rate, au moins les supporters ne légitiement pourront plus siffler les joueurs, puisque ce sera l'un d'eux qui aura failli à cette mission que l'on prétend si facile (surtout quand le gardien adverse ne mesure qu'1 m 20).

Une façon comme une autre pour le Sporting de consoler ses supporters, très éprouvés par les errements tactiques de leur club préféré, et qui ont terriblement souffert pendant la pathétique défaite à Bakou. Au point d'ailleurs que le club avait promis de dédommager les fans qui avaient fait le déplacement.

Si cette formule ne donne pas satisfaction, il restera à la direction du Sporting à embaucher un marabout capable de dissiper "la malédiction" qui pèse sur le club. Ou alors un exorciste...