Environ 400 personnes ont manifesté pour la fermeture définitive de Tihange 2 et Doel 3

Environ 400 personnes ont participé dimanche après-midi au rassemblement antinucléaire autour du bâtiment d'Electrabel, près de la gare du Nord, à Bruxelles. De nombreuses associations et partis de gauche étaient représentés, parmi lesquels Greenpeace, Groen, le parti démocratique écologique allemand ou encore des associations flamandes et des Pays-Bas.

Les manifestants se sont rassemblés gare du Nord puis ont formé une chaîne humaine autour du bâtiment du siège social d'Electrabel, en faisant le tour du bloc. Ils souhaitent que les réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3 soient définitivement fermés. Le report de leur redémarrage au 1er janvier est, pour eux, insuffisant.

Léo Tubbax, porte-parole de Nucléaire STOP, porte l'attention sur les dangers que représente Doel 3: "La plus grande des micro-fissures fait 18 cm et il y a un problème de friabilité de l'acier sous certaines conditions. L'Agence fédérale du contrôle nucléaire refuse de nous donner les chiffres d'Electrabel, alors que les administrations sont légalement obligées de rendre publiques les données en matière environnementale. Nous allons formuler un recours. Doel 3 est aussi entouré d'usines chimiques et pétrochimiques. Il est situé à 12 km de la grand-place d'Anvers et à 45 km de celle de Bruxelles."

Les manifestants demandent le redémarrage des centrales au gaz arrêtées pour des raisons économiques. Ils soulignent qu'elles sont moins polluantes que celles à charbon. Ils réclament par ailleurs un plan politique pour le développement des énergies renouvelables.