Plus de 20.000 foyers français toujours privés d’électricité

Plus de 20.000 foyers français toujours privés d’électricité

- AFP

Quelque 21.000 foyers étaient encore privés d’électricité dimanche à la mi-journée, «essentiellement sur les communes d’Antibes, Biot, Cannes, Mandelieu, Vallauris et Le Cannet », au lendemain des violents orages qui ont fait ont fait 16 morts et 3 disparus, a annoncé ERDF. «Au plus fort de la crise hier (samedi) soir, on dénombrait 70.000 foyers privés d’électricité », a précisé le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité dans un communiqué.

Ces violents orages des phénomènes exceptionnels par leur intensité, aggravés par «la forte urbanisation de la région touchée ». Ils sont difficiles à prévoir «parce qu’ils se produisent sur une zone très limitée et dans un court laps de temps », a expliqué Pascal Brovelli, directeur adjoint à la direction des opérations à Météo-France.

«Un front orageux a traversé le quart sud-est du pays, samedi en fin d’après-midi, avec à l’avant de ce front un système de cellules orageuses qui se sont développées. Nous avions prévu des précipitations importantes, de l’ordre de 50 à 80 mm d’eau par l’heure sur cette large zone avec, plus localement, des niveaux de 100 à 150 mm par heure au plus fort de l’épisode. Mais il s’avère que sur l’est du Var s’est développé très rapidement un système explosif qui a parcouru le littoral des Alpes-Maritimes et qui a touché les villes de Cannes, Antibes ou Mandelieu », ajoute Meteo France.

«Sur cette trajectoire précise, on a battu des records avec, par exemple, 107 mm de précipitations en une heure à Cannes, les précédents records sur la ville étant de l’ordre de 65 à 70 mm par heure. On a parfois battu des records de précipitations de plus de 50%. C’est donc le caractère explosif et intensif de ces précipitations qui a conduit au drame. »

Les fortes pluies sur les sols largement bétonnés ont entraîné d’importants ruissellements qui ont conduit à ce bilan dramatique.

«Sans doute, y a-t-il aussi une réflexion à mener sur le plan de l’urbanisme et les données pluviométriques, en terme d’intensité ou de cumuls de précipitations, dont nous disposons peuvent être utiles à ce travail. »