SOCIÉTÉ

Awiph : moins de demandes d’intervention en 2014

Awiph : moins de demandes d’intervention en 2014

Il y a davantage d’hommes que de femmes en situation de handicap qui demandent une intervention de l’Awiph. lenaconstantin – Fotolia

En 2014, 38 000 demandes d’intervention ont été introduites auprès de l’Awiph. C’est 6% de moins qu’en 2013. Mais le nombre de bénéficiaires reste stable. Il s’élève à 47 000.

Le rapport d’activités 2014 de l’Agence wallonne pour l’intégration des personnes handicapées a été publié ce mercredi. Principal enseignement: pour la première fois, le nombre de demandes d’intervention introduites auprès de l’Awiph a diminué. Mais le nombre de personnes ayant bénéficié d’une intervention concrète de l’organisme reste, lui, stable. Il s’élève à 47 000.

1. 6% de demandes en moins

En 2013, l’Awiph s’était attaquée à son problème de notoriété par le biais, notamment, de capsules vidéo. Une étape complémentaire a été franchie en 2014, année où l’accent a été mis sur l’information des personnes handicapées afin de mieux les orienter dans leurs démarches.

Ce travail a manifestement porté ses fruits, se réjouit l’Awiph, puisqu’elle n’a enregistré en 2014 «plus que» 38 186 nouvelles demandes d’intervention (40 743 en 2013) provenant de quelque 25 395 individus (27 336 en 2013). «Mieux informées et orientées, les personnes en situation de handicap savent désormais davantage si leur demande implique ou non l’intervention de l’Agence», constate Virginia Li Puma, chargée des relations publiques et des relations avec la presse. Et donc agissent en conséquence.

Exemple concret avec les séances d’info organisées dans les bureaux régionaux de l’Awiph sur la thématique de l’emploi. «Bien des gens ignoraient auparavant qu’ils devaient avant tout se tourner vers les services généraux, comme le Forem. En matière d’emploi, nous intervenons ainsi de manière résiduelle, en bout de course. Notre travail relève en effet plutôt de la sensibilisation… »

2. Quelles aides?

Si le nombre de demandes diminue, le nombre de bénéficiaires, lui, tourne toujours autour des 47 000. Mais quelles formes peut revêtir le soutien octroyé par l’Awiph? Voici quelques exemples tirés du rapport d’activités.

Il y a ce qu’on appelle les aides individuelles d’intégration (11 246 bénéficiaires en 2014 contre 10 730 en 2013). Elles portent, selon les cas, sur l’aménagement du logement, les aides à la mobilité, aux soins… Autre poste important: les aides à la formation et à l’emploi en milieu ordinaire qui peuvent être accordées aux personnes handicapées et/ou à leurs employeurs (6 509 bénéficiaires en 2014 contre 6 119 en 2013). On peut ici épingler l’aménagement du poste de travail, la prime à l’intégration,…

3. Quels profils?

Pas de surprise, comme les années antérieures, la majorité des demandeurs (57,79%) sont des hommes. «Non pas qu’il y ait moins de femmes en situation de handicap, explique Virginia Li Puma. On ne s’explique pas trop ce fait.»

Élément interpellant, le nombre de demandeurs a diminué dans toutes les tranches d’âge… du moins celles à partir de 18 ans. En dessous, il augmente. L’Awiph y voit la conséquence de son travail d’information auprès des familles. «De 16 à 25 ans, c’est une période charnière, de transition car les jeunes quittent l’école. Il faut les aiguiller au mieux. »

Nos dernières videos