MUSIQUE

Francis Lalanne et sa chanson un peu trop premier degré pour les migrants

L’actualité bouleverse parfois les artistes, qui expriment alors leurs sentiments au travers de leur poésie. Francis Lalanne s’y est essayé sur le tragique thème des migrants. Sans aucune subtilité. Et aucun moyen.

«Plus jamais ça!» de Francis Lalanne partait certainement d’une bonne intention. S’offusquer du sort de ces migrants que l’Europe tarde à accueillir dignement, dénoncer la tragédie humaine qui se joue depuis des semaines et prendre le micro pour crier sa honte de cette situation ne pouvait être qu’admirable.

Sauf si…

Sauf si on y colle un clip vidéo cheap au possible, composé d’images repiquées aux chaînes d’infos, entrecoupées de séquence sans queue ni tête: Francis Lalanne sur un fond bleu, devenant tour à tour un coucher de soleil, un voyage dans les entrailles du corps, des nuages menaçants… tremble Spielberg.

Que dire ensuite des paroles, tellement premier degré qu’elles en deviendraient dramatiquement drôles. «Je ne veux plus voir ces troupeaux d’humains dériver sur ces bateaux […] Ouvrir son cœur et son esprit, ouvrir les frontières de son pays à ceux qu’on a privés du droit de vivre heureux». Aucune subtilité, aucune recherche dans la poésie des mots. On aimerait pourtant apprécier ce message, qui se veut résolument humain.

Un clip rapidement devenu la risée du web, qui avait en fait déjà été publié il y a un an, avant de subir un petit lifting en ce mois de septembre (avec notamment l’incrustation de l’image du petit Aylan, mort sur une plage). Une manière de surfer sur l’émotion qui n’est pas du goût de tous.