BELGIQUE

Quelles sont les nationalités les plus présentes en Belgique ? (carte interactive)

Quelles sont les nationalités les plus présentes en Belgique ? (carte interactive)

Reporters/DPA

Le SPF Économie vient de sortir ses statistiques démographiques exhaustives sur notre pays. Quel pourcentage de population étrangère par commune? D’où viennent les habitants? Les réponses sur notre carte interactive.

Belgique

Les registres de population en Belgique comptaient au 1er janvier 2015 quelque 11,209 millions d’individus, dont près de 10 millions (9.953.758) de Belges, 902.580 étrangers provenant du continent européen et 352.706 allochtones non Européens.

Sur le podium des étrangers présents en Belgique, on retrouve les Français, puis les Italiens et enfin les Hollandais. Ces trois pays fournissent à eux seuls 37% du total de la population étrangère en Belgique (465.528 individus sur les 1.255.286 étrangers présents en Belgique).

Neuf nationalités sur dix du Top 10 ci-dessous proviennent de pays du continent européen (en comptant le cas particulier de la Turquie, située à la jonction du continent européen et de l’Asie).

Wallonie et Bruxelles

En faisant le détail en Wallonie et à Bruxelles, le classement change évidemment. Sur les 3.589.744 personnes vivant au sud du pays, on dénombre 3.237.314 Belges, 275.031 étrangers Européens et 77.399 non Européens. Dans la région de Bruxelles-Capitale, bien plus cosmopolite, les 1.175.173 habitants se décomposent comme suit: 776.447 Belges, 276.125 Européens et 122.601 non Européens.

En Wallonie, le podium des nationalités étrangères se compose de l’Italie, de la France et de l’Allemagne. À Bruxelles, le Top 3 est celui-ci: France, Maroc, Roumanie.

 

Communes

En prenant le détail commune par commune, on repère vite les deux phénomènes qui expliquent la présence d’allochtones: l’attrait des grandes villes et les frontaliers qui changent de pays.

Carte de répartition de la population étrangère, en terme purement quantitatif (cliquez sur votre commune pour les détails)

Les métropoles (Bruxelles, Liège, Charleroi, Mons, Namur) et leur grande banlieue exercent une attraction certaine sur la population «allochtone». Mais c’est bien à la frontière allemande que le phénomène le plus marquant apparaît: À Raeren par exemple, plus de 48% de la population n’a pas la nationalité belge. D’où viennent les étrangers? Du pays voisin évidemment. Sur les 10.551 habitants, 4.561 sont de nationalité allemande.

Carte de répartition de la population étrangère, en pourcentage par rapport à la population totale (cliquez sur votre commune pour les détails)

La Belgique cosmopolite, qui s’enrichit des différentes cultures qui viennent s’y installer, est en réalité plus difficile à cerner qu’on ne le pense. La population étrangère qu’on rencontre dans ces communes frontalières n’est évidemment pas celle qu’on retrouve dans les grandes villes. Ni non plus celle qui s’est établie à Waterloo. Sous cet angle aussi, la Wallonie présente donc un visage aux multiples couleurs.

(Les données sur lesquelles se basent les cartes et graphiques sont disponibles dans un document mis à disposition par le SPF Économie sur son site internet)