NAMUR

Les pompiers de Namur inaugurent leur nouvelle caserne

Les pompiers de Namur inaugurent leur nouvelle caserne

Pendant l’inauguration, des pompiers-plongeurs ont montré leur mécontentement face à certaines mesures concernant leur emploi. EdA - Florent Marot

Ce vendredi, les pompiers de Namur inauguraient leur nouvelle caserne, située à Jambes. Plusieurs d’entre eux ont profité de l’événement pour marquer leur mécontentement.

Plusieurs pompiers-plongeurs de Namur ont fait retentir l’alarme et remis vendredi après-midi leur écusson officiel de plongeurs fédéraux barré de deux rubans noirs au ministre fédéral de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) au cours du discours du Premier ministre Charles Michel à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle caserne des pompiers située sur le site de la porcelaine à Jambes. Un cercueil symbolique de pompier-plongeur a également été exhibé.

Cette action visait à manifester leur mécontentement après la suppression en avril dernier par le ministre Jambon de la prime d’environ 200 euros destinée à l’achat et l’entretien du matériel personnel de plongée (masque facial de 1.000 euros, entretien des détendeurs et entraînements non compris dans le salaire) ainsi qu’à l’entraînement en dehors des heures de travail et à l’inscription au club de plongée, a indiqué le Caporal Georges Scarbotte.

Une réunion entre les syndicalistes, les plongeurs et le ministre Jambon devait avoir lieu vendredi à 15h30 après l’inauguration. La caserne de Namur compte 18 pompiers-plongeurs.

«Nous devons être mobilisés pour faire en sorte que ces zones de secours puissent représenter une plus-value réelle. Ce ne sera pas une promenade de santé, mais c’est un engagement que nous devons prendre», a déclaré Charles Michel, faisant référence à la réforme enclenchée voici dix ans.

De nouveaux aménagements concernant les zones de secours ont été annoncés par le ministre Jambon, comme la mise en place d’une inspection générale et la réforme de la formation des pompiers. «En politique, il faut pouvoir faire des choix pas toujours faciles mais qui doivent faire avancer les choses. C’est un grand changement pour les pompiers de ce pays», a souligné le ministre de l’Intérieur.

De 10.559 mètres carrés sur un site de deux hectares, la nouvelle caserne de 15 millions d’euros, dont 7 millions de subsides wallons, compte notamment deux salles de cours, un garage avec atelier de préparation, un local de réapprovisionnement et une salle de lavage ainsi qu’une salle de sport. Le bâtiment est également équipé de panneaux solaires thermiques et de panneaux photovoltaïques.

Le dispatching est prévu pour accueillir quatre travailleurs, dont deux en cas de grosse tempête ou de catastrophe. Actuellement, un poste de travail est actif 24 heures sur 24. Deux le seront prochainement lorsque le dispatching sera mis en place pour l’ensemble de la zone de secours.

La nouvelle caserne de Jambes, qui compte 180 travailleurs, occupe une situation stratégique, avec un accès sur Jambes, qui compte le plus d’interventions, vers le sud de Namur et les axes routiers importants (N4, E411, N90). Les travaux du pont évitant aux pompiers d’emprunter le passage à niveau sont prévus pour 2018. «Le dossier, qui reste prioritaire pour Infrabel, a été reporté pour des questions budgétaires. D’ici là, le feu tricolore de la chaussée de Liège est commandé depuis la caserne», a précisé le Premier échevin et chef de zone Tanguy Auspert.

La zone NAGE (Namur-Andenne-Gembloux-Eghezée) compte 309 personnes, dont 132 professionnels et 156 volontaires, 11 administratifs et 7 personnes chargées de l’entretien du matériel, ainsi que 100 véhicules.

Chaque année, les pompiers de Namur mènent 1.100 interventions incendie, 10.200 déplacements ambulance, 3.115 interventions sur accidents et sauvetages et 950 dossiers de prévention, notamment dans le cadre d’octroi de permis d’urbanisme.

Ancienne boulangerie militaire située rue des Bourgeois, l’ex-caserne, qui manquait de bureaux et de place pour les véhicules, ne répondait plus aux normes de sécurité, de conformité électrique et de règlement de travail. Les pompiers ont déménagé le 22 juin dernier.