Assises de Bruxelles: Florin Manolache avait dit à la police avoir juste servi de chauffeur

Les enquêteurs et la juge d'instruction ont expliqué, jeudi, devant la cour d'assises de Bruxelles, que l'accusé Florin Manolache avait déclaré qu'il n'avait fait que conduire les autres de Roumanie en Belgique, sans savoir ce que ceux-ci allaient faire ensuite. Cinq Roumains sont accusés devant la cour d'avoir braqué une bijouterie de la rue du Midi à Bruxelles avec la conséquence que le bijoutier, Dominique Legros, a été mortellement agressé, le 24 juillet 2010.

"Lorsque je l'ai interrogé le 26 mars 2013, monsieur Manolache ne comprenait pas pourquoi il était suspecté comme auteur ou co-auteur du braquage de la bijouterie", a exposé la juge d'instruction Berta Bernardo-Mendez, jeudi.

"Il m'a expliqué que c'était l'accusé Gheorghe Rezmerita qui l'avait appelé pour le conduire en voiture vers la Belgique, parce que celui-ci savait que monsieur Manolache devait se rendre aux Pays-Bas. Il m'a raconté qu'il avait pris les accusés Nicolae Samoila, Gheorghita Lipovanu et Dan Dragos avec lui à Oradea [Roumanie] le 20 juillet 2010 vers 22h00 et qu'il ne savait pas quel était l'objet du voyage de ces trois hommes", a poursuivi la juge.

"Je lui ai demandé s'il ne s'était pas interrogé sur l'absence de Gheorghe Rezmerita alors que c'était lui qui l'avait appelé. Il m'a répondu qu'il avait trouvé cela bizarre mais qu'il n'avait pas posé de question", a poursuivi la magistrate.

"Je l'ai également interrogé sur le silence des autres quant à sa présence à Bruxelles et sur le fait que son nom était apparu tard dans le dossier. Il m'a répondu que ça lui paraissait bizarre aussi que les autres n'aient pas indiqué avant qu'il était également présent durant le voyage de Roumanie en Belgique", a encore relaté la juge.

Nicolae Samoila, Gheorghita Lipovanu et Gheorghe Rezmerita sont en aveu d'avoir braqué la bijouterie de Dominique Legros, située rue du Midi à Bruxelles, le 24 juillet 2010 vers 10h00.

Par ailleurs, Nicolae Samoila et Gheorghita Lipovanu sont en aveu d'avoir été les auteurs des coups mortels sur la victime, mais sans avoir eu l'intention de provoquer sa mort.

Les deux derniers accusés, Dan Dragos et Florin Manolache, considérés par le ministère public comme les commanditaires du braquage, nient être impliqués dans les faits, bien qu'ils soient venus en voiture avec les autres, de Roumanie en Belgique, trois jours auparavant.

Lors de l'enquête sur ce braquage mortel, en juillet 2010, la police avait pu voir sur les images de caméra de vidéo-surveillance que plusieurs individus suspects étaient entrés dans la bijouterie peu avant les faits et que ceux-ci avaient utilisé des GSM.

Une enquête de téléphonie avait alors été menée sur base des numéros qui avaient activé les antennes proches de ce commerce à ce moment-là. C'est ainsi que certains des accusés avaient été identifiés.

Puis, plusieurs commissions rogatoires avaient été effectuées en France, en Roumanie et en Italie et avaient abouti à l'identification de tous les accusés puis à leurs arrestations.

Le procès se poursuivra vendredi.


Nos dernières videos