CRISE DES MIGRANTS

La Hongrie renonce à mettre en place des « zones de transit » à sa frontière

La Hongrie renonce à mettre en place des « zones de transit » à sa frontière

Les zones de transit devaient accueillir tous les migrants souhaitant pénétrer en Hongrie, le temps d’un examen accéléré de leur dossier. AFP

La Hongrie a renoncé à mettre en place des «zones de transit» à sa frontière, l’une des mesures phares qui devaient entrer en vigueur le 15 septembre dans le cadre d’une nouvelle législation anti-migrants, a annoncé jeudi le porte-parole du gouvernement, Janos Lazar.

M. Lazar, qui s’exprimait à l’occasion d’un point-presse, a indiqué que «la rationnalité commandait» l’abandon de cette mesure, sans fournir davantage d’explications.

Destinées à être construites dans le no man’s land entre la Serbie et la Hongrie, les zones de transit devaient accueillir tous les migrants souhaitant pénétrer en Hongrie, le temps d’un examen accéléré de leur dossier. En cas de rejet, ils auraient été directement refoulés sans pénétrer formellement sur le territoire hongrois.

Cette mesure avait été critiquée mardi par le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), qui avait notamment pointé l’exiguïté de l’espace disponible dans la bande frontalière, alors que plusieurs milliers de migrants arrivent quotidiennement à la frontière hongroise.

M. Lazar a assuré jeudi que les demandes d’asile pourront tout aussi bien être instruites dans les camps de premier accueil déjà existants, et que les migrants pourraient soumettre leurs demandes en plusieurs points de la frontière.

La création de ces zones de transit faisait partie d’un ensemble de mesures qui doivent prendre effet le 15 septembre, avec pour objectif de rendre la frontière hongroise aussi étanche que possible à l’immigration clandestine.

Budapest prévoit notamment la possibilité de déployer l’armée à sa frontière, et de rendre passible de jusqu’à trois ans de prison ferme le franchissement de la clôture barbelée qu’elle a fait ériger cet été sur les 175 km de sa frontière avec la Serbie.

Plus de 175.000 migrants en provenance majoritairement du Moyen-Orient et à destination de l’ouest de l’Europe sont entrés en Hongrie cette année, en très grande majorité depuis la Serbie.

Nos dernières videos