DEMANDES D’ASILE

Asile : Francken demandera 8.000 places supplémentaires

Asile : Francken demandera 8.000 places supplémentaires

Theo Francken veut la création de places supplémentaires pour faire face à l’afflux de demandeurs d’asile. BELGA

Le secrétaire d’État à l’Asile, Theo Francken, demandera vendredi au conseil des ministres la création de 8.000 places supplémentaires pour faire face à l’afflux de demandeurs d’asile, a-t-il annoncé jeudi devant le parlement.

Si la tendance actuelle se poursuit, il devra en outre disposer de 600 millions d’euros l’an prochain pour permettre à Fedasil d’accueillir les demandeurs. Actuellement, le budget s’élève à quelque 280 millions.

Le mois de septembre pourrait se clôturer avec 5.500 demandes d’asile alors qu’au mois d’août le nombre tournait déjà autour de 4.500. S’il y a beaucoup de Syriens parmi les demandeurs, leur augmentation est toutefois stable, a indiqué Francken. Ces ressortissants représentent environ 19% des demandeurs.

Le secrétaire d’Etat relève une «augmentation spectaculaire» du nombre d’hommes jeunes et célibataires venant de Bagdad, la capitale irakienne, arrivés en Europe par le biais de filières de trafic d’êtres humains et dont le récit est souvent stéréotypé. Pour cette raison, le Commissariat général aux Réfugiés et Apatrides (CGRA) a gelé provisoirement les décisions qui les concernent, les conditions de sécurité à Bagdad ayant évolué. A court terme, le nombre de demandes pourrait de ce fait se réduire, estime M. Francken, mais à moyen et long terme, la tension persistera.

Les instances en charge de l’asile travaillent à plein régime. Le CGRA rend actuellement 1.200 voire 1.400 décisions par mois et bientôt 1.650 grâce à des réorganisations internes. Le niveau de 2.500 décisions par mois sera bientôt atteint grâce au renfort de 120 officiers de protection.

«Une situation exceptionnelle»

Le dossier a donné lieu à des sorties fracassantes de la N-VA ces dernières semaines qui n’ont pas été très appréciées dans la majorité. Face aux députés, Francken et le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, ont tenu à insister sur l’unité du gouvernement.

«Nous avons été confrontés ces dernières semaines à une situation exceptionnelle et le gouvernement, dans toutes ses composantes, a pris toutes ses responsabilités», a assuré le vice-Premier ministre MR.

La situation dans le parc Maximilien, jouxtant l’Office des étrangers à Bruxelles, n’a pas manqué d’être évoquée. Francken s’est entretenu jeudi avec les responsables de la Croix-Rouge et «une optimisation du pré-accueil est sur la table», a-t-il expliqué sans donner d’autre précision. Le point se trouvera également vendredi sur la table du conseil des ministres.

La députée et échevine bruxelloise Karine Lalieux (PS) a lancé un appel pressant au secrétaire d’Etat pour que l’accueil soit amélioré, en particulier dans le bâtiment WTC III qui n’offre jusqu’à présent qu’un hébergement de nuit dans des conditions sanitaires rudimentaires.

Le nombre de 1.000 demandeurs dans le parc devrait être atteint ce week-end, a-t-elle affirmé. Selon elle, la Croix-Rouge est prête à remplir cette mission mais elle attend un mandat du gouvernement. Francken a contesté ces chiffres. Selon lui, seul 400 personnes sont en attente d’une convocation à l’Office des étrangers et il n’y a pas, parmi elles, de familles avec des enfants.

Le secrétaire d’Etat s’est félicité de la façon dont le gouvernement Michel gérait cet afflux à la différence de certains de ces prédécesseurs qui avaient dû faire face en 2010-2011 à des astreintes et loger des demandeurs dans des hôtels. Ce satisfecit n’a toutefois pas convaincu l’opposition.

«Ce qui a provoqué le chaos actuel, c’est d’abord le démantèlement du réseau de l’accueil», a accusé Benoît Hellings (Ecolo).

Plusieurs acteurs politiques et associatifs ont jugé que M. Francken n’avait plus sa place dans ce gouvernement à la suite de ses propos sur les réseaux sociaux. Le cdH s’est étonné que le Premier ministre Charles Michel n’ait pas repris ses compétences. «Vous n’avez pas l’envergure morale des fonctions que vous voulez assumer», a lancé le président des FDF, Olivier Maingain.

Nos dernières videos