BUZZ

Le coup de gueule de ce peintre en bâtiment fait un carton

Le coup de gueule de ce peintre en bâtiment fait un carton

Eric Laurendeau en a marre, il ne s’en cache plus... Capture d’ écran

Le moral «sapé» par le régime social des indépendants, un petit artisan a crié son ras-le-bol sur Facebook. Photo à l’appui. Et buzz au rendez-vous.

«RSI, c’est fini, je ne serai plus ta p...» Le coup de gueule poussé par Eric Laurendeau, un peintre en bâtiment, a trouvé un écho insoupçonnable sur les réseaux sociaux. La publication sur Facebook de cet artisan d’Alençon (France), a été partagée plus de 115.000 fois en moins de 72 heures.

Le motif de son courroux? Le régime social des indépendants (RSI), qui avait notamment fait l’objet d’une manifestation le 9 mars dernier à Paris. «(...) Après 14 années d’artisanat, je baisse les bras,» a écrit Eric Laurendeau sur sa page Facebook. «Le système m’a sapé le moral notamment le RSI qui nous prélève 60% de nos bénéfices, à ce jour je ne peux même pas prétendre aux indemnités journalières soit 20€ par jour en cas d’arrêt de travail car comme beaucoup d’indépendants je ne pourrai jamais être à jour de ce racket.»

«Le cancer de l’indépendant»

L’artisan préfère arrêter «l’hémorragie», estimant que le RSI, «c’est le cancer de l’indépendant».

«J’en ai marre de trimer pour faire vivre un système auquel je ne crois plus, dommage pour ceux qui vivaient de mon activité, je pense à l’État, au RSI, aux banques, au comptable, aux huissiers, aux assurances, aux divers fournisseurs, et j’en passe, mais il faudra trouver un autre couillon pour payer vos gueuletons.»

«Le système nous étrangle»

Eric Laurendeau se sentait «esclave» du système, dont il ne supportait plus les contraintes... Il a décidé de mettre la clé sous le paillasson. «Merci aux personnes qui ont participé à la vie de cette entreprise, je pense à mes anciens salariés et apprentis mais aussi à ma clientèle, je ne regrette rien, j’assume mes responsabilités, dommage que le système nous étrangle, grosses pensées aux indépendants esclaves de leur entreprise, mais délivrez vous du mal...»

Nos dernières videos