LIÈGE

Le C.U. Festival ose un concert dans la piscine d’Outremeuse

Le C.U. Festival ose un concert dans la piscine d’Outremeuse

Douchka, l’artiste français qui prestera dans la piscine d’Outremeuse samedi matin. Le public pourra y assister littéralement «dans» le bassin de natation. © Yuzaku Aoki

Le C.U. Festival débute ce jeudi à Liège. C’est un grand fourre-tout, truffé de prestations artistiques en ville. Dont certaines se déroulent dans des lieux assez insolites.

Un parcours qui permet au visiteur de traverser le centre-ville et de découvrir une myriade d’artistes, dans des lieux qui valent le détour. C’est en quelques mots le principe du C.U. Festival, événement artistique qui débute ce jeudi et s’achève dimanche en Cité ardente.

Ce rendez-vous, qui propose une quarantaine de rendez-vous alternant théâtre, arts plastiques, musique, expos et on en passe, avait déjà vécu une première édition en 2014, dans le giron de la programmation «Connexions urbaines» de la Ville de Liège. Le C.U. Festival prend son envol en 2015 et propose sa propre programmation, de façon autonome.

«Nous ne tournons pas pour autant le dos à “Connexions urbaines” ou à la force de frappe que peut avoir la Ville de Liège sur un événement culturel», explique Nicolas Berwart, un des programmateurs du C.U. Festival. «Simplement, nous avons constaté qu’un public s’est formé l’an dernier et que, “Connexions urbaines” étant bisannuel, le C.U. Festival méritait bien son week-end à lui.»

Le principe consiste, moyennant l’achat d’un ticket de 20 euros (15 euros en prévente), à accéder un toute une panoplie de prestations artistiques. «Clairement, c’est un fourre-tout», reconnaît Nicolas Berwart. Un fourre-tout qui explore tous les registres et est surtout axé sur la découverte d’artistes émergents internationaux.

«Nous faisons l’inverse de ce qui se fait d’habitude. Ce n’est pas un festival qui s’installe en périphérie d’une ville et se déroule en vase clos pendant quatre jours. On profite des lieux qui existent déjà. Or, à Liège, il existe toute une série d’endroits géniaux, que les gens essaient de faire vivre toute l’année. Nous aimons les mettre en valeur le temps d’un week-end», poursuit Nicolas Berwart. «Nous ne prétendons pas voir inventé le concept, puisque “Beautés Soniques” à Namur ou “Les Aralunaires” à Arlon proposent quelque chose qui s’en rapproche», mais l’idée reste novatrice à Liège.

La notion transversale du C.U. Festival demeure celle du parcours urbain. On déambule en ville à la découverte de lieux et d’artistes. «Nous défendons l’idée d’un city-trip. Les gens viennent en ville pour la découvrir d’une autre manière. Il y a vraiment de quoi faire pendant tout un week-end», assure-t-il

Des lieux vraiment insolites ou à découvrir

Dans la copieuse programmation de l’événement, quelques rendez-vous se déroulent dans des lieux particulièrement savoureux. «On aime l’idée de faire un concert, par exemple, dans un lieu qui ne s’y prête pas du tout à la base. C’est là que le festival entre un peu dans le second degré. Ça nous fait un peu marrer.»

En 2014, par exemple, «nous avons réservé les orgues de l’église Saint-Barthélemy pour y jouer du Kraftwerk, un dimanche matin, au lieu de la messe», sourit Nicolas Berwart. «Un concert s’est déroulé dans un lavoir aussi…»

Cette année, la palme revient assurément à ce concert du DJ français Douchka, samedi matin à la piscine d’Outremeuse. L’artiste joue la veille au Studio 22 et les lève-tôt se sont donné rendez-vous vers 8h30 à la piscine d’Outremeuse.

«Il va falloir aller dormir assez tôt la veille», sourit Nicolas Berwart. «À 9h, Douchka jouera sur une chorégraphie de natation synchronisée exécutée par le Club Mosan. Non, ce n’est pas une blague, elles ont vraiment répété une chorégraphie», assure-t-il. Ensuite, «les gens qui ont pris leur maillot pourront aller dans le bassin pour la suite du set et profiter du concert», y compris sous l’eau, puisque des haut-parleurs sous-maris y ont été installés.

Les rockeurs de “ It it Anita ” seront pour leur part en concert durant une demi-heure, à partir de 20 heures, dans un lieux un peu plus glauque, mais l’événement vaudra le détour. Il s’agit du passage souterrain qui fait la jonction entre le quai Marcellis et le Palais des Congrès, sous le pont Albert Ier.

«Il y a aussi le Passage Lemmonier, au centre-ville. Et puis un concert dans un lieu secret», qui peut à présent être dévoilé: il s’agira de Great Mountain Fire, dans la salle de la Main Creuse, au Théâtre de Liège. «C’est un bel endroit, sous les gradins de la grande salle, que les gens ne connaissent pas forcément.»

L’ensemble de la programmation et des infos se trouve sur www.cufestival.be.


Nos dernières videos