Les files de migrants se forment chaque jour devant la porte de l’Office des étrangers et les piles de dossiers d’enregistrement s’accumulent sur les bureaux.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 27 des 140 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?
Nos dernières videos