Charles Michel (MR) a salué le discours de Jean-Claude Juncker mais demandé quelques «clarifications»: il faut tenir compte, réclame-t-il «avec insistance , des efforts déjà fournis par la Belgique».

Le Premier ministre belge réclame aussi une réflexion sur une «sanction financière» de pays qui refuseraient le plan de répartition. Comme le Royaume-Uni, dont le Premier ministre, David Cameron, a répété hier son opposition aux quotas. L’Allemagne, par contre, milite pour des quotas «contraignants et non-plafonnés». Et se dit «ouverte» à l’idée d’un sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement européens sur la crise migratoire

Nos dernières videos