La justice clôt la grève chez Lufthansa

Les vols de la Lufthansa devraient reprendre normalement ce jeudi. Mais le conflit reste entier. Reporters/DPA

Les vols de la Lufthansa reprennent normalement ce jeudi: la justice allemande a mis fin à la grève des pilotes. Mais le conflit persiste.

Saisi en appel par le groupe aérien, le tribunal du travail de l’État régional de Hesse, situé à Francfort sur le Main, a jugé illégale ce mercredi la grève entamée la veille par les pilotes de la Lufthansa, la treizième depuis avril 2014.

«Nous avons dit à nos membres de se mettre à disposition pour reprendre le travail», a réagi Markus Wahl, porte-parole du syndicat des pilotes, Cockpit.

La décision est arrivée trop tard pour que Lufthansa puisse rétablir son plan de vol dès hier, mais elle a promis que le trafic reprendrait normalement ce jeudi. Elle s’est aussi déclarée «prête à redémarrer à tout moment les négociations avec Cockpit».

Le bras de fer de la direction de Lufthansa avec Cockpit, sur fond de conflit concernant les conditions de départ en préretraite et la réorganisation des activités du groupe, dure depuis dix-huit mois. Les précédents arrêts de travail remontaient à mars, mais. après le crash d’un avion de Germanwings à la fin mars, Cockpit avait suspendu le mouvement.

Pas de grève sur un concept

Jusqu’ici, la Lufthansa ne s’était pas tournée vers la justice, mais la perspective d’un nouvel hiver émaillé de grèves, comme lors de la saison 2014-2015, et le blocage des négociations, ont conduit le groupe à durcir le ton.

Le transporteur aérien avait tenté dès mardi de faire interdire la grève en référés en première instance, mais sans succès. La décision, en appel, ce mercredi, est d’autant plus surprenante.

Pour la fonder, le tribunal de Francfort a argué que le motif de la grève est, aux côtés des dispositions sur la retraite, «le concept stratégique de Lufthansa». Mais celui-ci «ne fait pas l’objet de négociations salariales avec le syndicat», et ne peut donc fonder une grève.

Pour lutter contre la concurrence féroce des low cost et des compagnies du Golfe, le patron de la Lufthansa, Carsten Spohr, a lancé une réorganisation qui doit voir les vols intérieurs et européens de la Lufthansa passer sous la bannière de Germanwings, la compagnie à moindres coûts du groupe. Ce projet, baptisé «Wings», suscite une forte grogne interne, notamment des pilotes qui redoutent une dégradation de leur statut et leur rémunération.

Cockpit refuse de boucler les négociations sur la retraite sans mettre le projet «Wings» sur la table, et de se soumettre à un arbitrage externe qui ne porte pas aussi sur la stratégie. Mais la Lufthansa ne veut pas revoir celle-ci.

L’arbitrage par un tiers est usuel en Allemagne, quand les discussions entre partenaires sociaux sont dans l’impasse. Personnalités politiques et milieux économiques ont pressé les deux parties de s’y soumettre, agitant le spectre de dommages importants pour l’économie allemande.

Nos dernières videos