BRUXELLES

Selon le cdH, le piétonnier a une influence majoritairement négative sur le commerce

Selon le cdH, le piétonnier a une influence majoritairement négative sur le commerce

Selon Benoît Cerexhe, les commerçants regrettent les aménagements déficients et un manque total de concertation. Reporters/QUINET

Une enquête de terrain, effectuée par le groupe cdH du parlement régional, a révélé que 73,1% des commerçants ont constaté une influence du piétonnier sur leur activité commerciale.

Le cdH a demandé mercredi à la majorité socialiste-libérale de la Ville de Bruxelles de réaliser sans attendre une étude de l’impact de la mise en piétonnier des boulevards du centre et de réduire l’étendue de celle-ci. Selon les chrétiens démocrates humanistes il en va de la viabilité d’un certain nombre de commerces.

Le groupe cdH du parlement régional a procédé à une enquête de terrain de laquelle il ressort que 73,1% des commerçants participants (215) ont constaté une influence de cet espace libéré de la voiture sur leur activité commerciale. Parmi ceux-ci, 70% ont qualifié cette influence de négative.

L’enquête a été menée du 19 au 28 août derniers auprès des commerçants de la zone piétonne, ainsi que sur des tronçons limitrophes subissant un impact direct du nouveau piétonnier.

Selon le chef du groupe cdH au parlement bruxellois Benoît Cerexhe et le député Hamza Fassi Fihri, par ailleurs conseiller à la Ville de Bruxelles, les chiffres varient en fonction des zones investiguées, et des secteurs d’activité des commerçants.

Une zone «sans doute trop longue»

Schématiquement, l’impact est autant négatif que positif pour les commerçants du piétonnier des boulevards centraux. Le nombre de commerçants disant avoir constaté une baisse du chiffre d’affaires est plus élevé sur les tronçons des boulevards situés de part et d’autre de celui-ci.

L’horeca s’en sort le mieux surtout sur l’espace situé entre la Bourse et De Brouckère, mais davantage dans les cafés que les restaurants.

Selon Benoît Cerexhe, on ne peut rester sourd aux doléances des commerçants qui ne dénoncent pas l’idée du piétonnier, mais regrettent les aménagements déficients et un manque total de concertation.

Pour le cdH, la zone piétonne est «sans doute trop longue». Elle est beaucoup moins pertinente au-delà de la Bourse.

Les deux élus cdH ont insisté sur l’urgence pour la Ville de Bruxelles de se doter d’une stratégie commerciale dans la zone.

"Bashing anti-centre"

"La majorité procède au jour le jour à des évaluations et échanges avec les commerçants, comme avec les habitants sur les effets de la création du piétonnier sur les boulevards du centre. Elle rencontre aussi "nombre de gens qui sont très heureux" de cette réalisation, a réagi mercredi le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur.

M. Mayeur a ajouté "ne pas prendre l'enquête menée par le cdH très au sérieux"."Cela fait partie du bashing anti-centre. Le cdH a choisi de s'y inscrire, en adoptant un positionnement très politicien. J'avoue que je ne comprends pas très bien car la majorité régionale dont il fait partie soutient le piétonnier", a-t-il précisé, rappelant par ailleurs que les démocrates-chrétiens avaient géré le département du commerce durant 12 ans jusqu'aux dernières élections communales.


Nos dernières videos