AYWAILLE

Un festival organisé pour donner un coup de pouce aux écoles

Un festival organisé pour donner un coup de pouce aux écoles

DJ Didjé, bien connu en région liégeoise, clôturera les festivités samedi soir. imagesports.be

L’ASBL «Kin porte le projet» organise pour al première fois un festival de musique à Aywaille. Les bénéfices permettront aux écoles de la commune de financer leurs projets.

Donner un petit coup de pouce financier aux écoles fondamentales de la commune, voilà un motif original et plutôt sympathique pour organiser un festival musical. C’est le but poursuivi le «Yes2Day’Land Festival», qui se tiendra du 4 au 6 septembre à Remouchamps (Aywaille).

L’initiative émane de l’ASBL «Kin porte le projet», fondée en 2014 pour soutenir financièrement l’école fondamentale de Kin, qui se caractérise par une immersion en néerlandais dès la troisième année maternelle.

L’organisation de cette première édition du festival a pris de l’ampleur, à tel point que l’ASBL en redistribuera les bénéfices à toutes les écoles fondamentales de l’entité, qui auront besoin d’un soutien pour une initiative.

Quant au nom de l’événement, «Yes2Day’Land», «il s’inscrit dans l’esprit du festival, qui entend mettre en valeur la musique d’hier à aujourd’hui. On y retrouve “yesterday”, qui fait aussi allusion aux Beatles, et on y entend “today”», précise Nathalie Tramonte, membre de l’organisation. Sans oublier l’allusion évidente à l’énorme festival Tomorrowland.

L’esprit y sera familial et convivial. «En ce premier week-end de septembre, il s’agit en quelque sorte de prolonger un peu les vacances dans la joie et la bonne humeur, dans un esprit de convivialité», ajoute-t-elle.

Les informations pratiques se trouvent sur www.yes2dayland.be.

 

LE PROGRAMME

Vendredi 4 septembre

18h00 – Ouverture des portes
18h30 – DJ Denix
20h00 – Hugo
21h30 – RMS
23h30 – Les Gauffs
01h00 – Zénobe et Gaston
Intermèdes par DJ Denix

Samedi 5 septembre

Kidibul Kids Festival:

14h00 – Ouverture des portes
15h00 – Jacky Den
16h00 – Les Vaches Aztèques
nombreuses animations prévues
17h00: fin

18h00 – Ouverture des portes
18h30 – Éric Wilkin
19h00 – Blues Brothers (by Afternight)
20h30 – Téléphone (by T-Lephone)
22h00 – The Beatles (By Abbey Road)
23h30 – JJ Goldman (by Goldmen)
01h00 – DJ Didjé
Intermèdes par E. Wilkin

Dimanche 6 septembre

12h00 – Ouverture des portes

Furax
Oli Soquette
Ice Kream
Flash Belgium
Coffee Boy
Seb L
Greg Baz Larson
Denix
22h00 – Fin

 

«Un festival pour les gens et avec les gens»

Nathalie Tramonte fait partie de l’équipe organisatrice du Yes2day’Land.

Nathalie Tramonte, organiser un festival pour donner un coup de pouce financier aux activités d’écoles, ce n’est pas très courant… Généralement, ce sont des sociétés spécialisées ou d’autres associations qui se lancent dans ce type d’activités, non?

Nous sommes tous des bénévoles. Nous avons créé une association il y a peu, avec des sympathisants de l’école de Kin. Ce sont au départ des parents et des profs qui sont à l’initiative. Il ne s’agit donc en aucun cas d’une société commerciale qui ferait des bénéfices.

Il est vrai qu’on demande de plus en plus une participation financière aux parents, pour sortie, telle activité. On a voulu faire quelque chose de chouette. Un festival, cela nous paraissait fou, mais cela a finalement pris une belle ampleur. On ne se limitera donc pas à l’école de Kin: toutes les écoles fondamentales d’Aywaille en bénéficieront, pour financer des projets ludiques, fournir une aide plus ponctuelle, organiser la Saint-Nicolas des enfants, une sortie extraordinaire, une classe verte, etc.

N’est-il pas interpellant que vous deviez organiser un festival pour financer ces projets?

La gratuité de l’école est de moins en moins une réalité, sans doute. Nous nous sommes dit qu’organiser un événement sympathique comme celui-là était une bonne idée. Il faut dire que l’ASBL a été créée autour de l’école de Kin, qui propose une immersion linguistique en néerlandais. Du coup, les frais sont plus importants qu’ailleurs: il faut doubler les profs pour les traductions, organiser des projets pédagogiques d’une certaine ampleur, des échanges avec la Flandre, etc.

Après, toutes les écoles vendent des lasagnes ou des lacquemants. Nous avons choisi d’être un peu plus originaux.

Cet événement n’est-il pas aussi rassembleur, comme une fête qui réunit les gens du village et les générations?

Comme le dit Charles Gardier, le parrain du festival, il s’agit d’un festival pour les gens et avec les gens. Nous avons 120 bénévoles, les gens ont accepté de coller des pubs sur leur voiture, l’événement est partagé sur Facebook…

Combien de monde attendez-vous pour que ce soit une réussite?

C’est la première édition du festival, il faut rester modestes. Disons qu’un millier de personnes par jour, ce serait très positif. D’ailleurs, le festival n’est pas destiné qu’aux Aqualiens, tout le monde est le bienvenu… et de partout.


Nos dernières videos