CYCLISME - Tour d’Espagne

Monfort n’a plus rien à perdre

Monfort n’a plus rien à perdre

Maxime Monfort n’a pas été épargné par la malchance sur cette Vuelta. BELGA

Maxime Monfort, loin d’un Top 10 au classement général sur la Vuelta, se fixe de nouveaux objectifs: aller dans les échappées.

Maxime Monfort occupe pour l’heure la 35e place au classement général de la Vuelta, à 23 minutes et 24 secondes du maillot rouge Tom Dumoulin. Hier, il a sans aucun doute savouré, comme tant d’autres, ce premier jour de repos à Andorre.

On le sait, Maxime avait reçu pour consigne de la part de son équipe Lotto-Soudal la mission de tenter de s’immiscer dans le Top 10. Les aléas de la course en ont décidé autrement. « Depuis vendredi soir, dit-il, je peux oublier cette ambition. Et je roule désormais au service de l’équipe, tout en visant cette fois une belle échappée dans un bon jour.»

Monfort était avec Bart De Clercq le co-leader de l’équipe Lotto-Soudal au départ de cette 70e Vuelta. Il a d’abord perdu plus d’une minute à la suite d’un problème mécanique lors de la 4e étape. Les jours suivants, il a continué à perdre un peu de temps sur les candidats à une place au classement.

«Vendredi soir, j’ai discuté avec l’équipe et leur ai expliqué que je pourrais peut-être finir 15e , mais sans doute pas mieux, poursuit-il. Par ailleurs, Bart est plus fort que moi en ce moment et je lui laisse courir sa chance. Je vise davantage une échappée et je peux aider davantage là où je suis. L’équipe est d’accord.»

Le lendemain, lors de cette étape du samedi et de la grave chute de son équipier Kris Boeckmans, Monfort a encore concédé de précieuses minutes. « Je suis resté immobilisé un long moment, certainement trois minutes, et j’ai manqué la jonction avec le petit peloton qui s’est disputé la victoire.» Au décompte: 13 minutes de perdues et la fin du rêve d’un bon classement.

«Je dois donc continuer cette Vuelta différemment. J’ai moi-même eu beaucoup de chance sur la chute, explique le coureur wallon. Je ne suis heureusement pas tombé au sol, mais bien sur d’autres coureurs. Je n’ai pas vu Kris tomber. Mais cela s’est produit pas loin de moi. Thomas De Gendt est venu vers moi et m’a dit que Kris n’était pas bien. Il était inquiet. J’étais alors à 10 mètres de Kris. Ma première réaction était de ne pas regarder. Tu ne veux pas garder cette image. Ce fut pourtant un sérieux choc pour l’équipe. On apprend à relativiser après cela. C’était difficile de se reconcentrer sur la course ensuite. Nous sommes soulagés de savoir que Kris va se remettre mais cela prendra du temps. Nous pouvons lui souhaiter beaucoup de courage. Pour la première fois depuis des années, je ne vise plus une place au classement, admet Maxime.

«C’est spécial mais c’est aussi un challenge. Je n’ai plus rien à perdre et je vais aborder la course différemment. J’ai déjà essayé dimanche mais je suis resté à 50 mètres des échappés. J’ai aussi tenté ma chance lundi. Je vais essayer chaque jour. Personne ne s’attendait à ce que Lindeman gagne, donc c’est toujours possible.»

Les ambitions de De Clercq

Bart De Clercq, de son côté, occupe la 16e place, à 4:28 du leader. «C’est ce qui me fait dire que le Top 10 n’est pas impossible , estime-t-il. Je dois juste encore gagner quelques places. J’ai toujours des bonnes sensations dans les jambes. Quelques fois j’ai perdu quelques secondes sur la fin, mais j’ai limité les dégâts. Dommage que je sois tombé dans la première étape. Et j’ai aussi perdu du temps sur les arrivées très raides. Une montée plus longue, régulière, moins pentue, me convient mieux qu’une pente de 3-4 km avec des portions à 20%.»

De Clercq, en fin de contrat, devrait prolonger chez Lotto. «La signature n’est pas encore apposée mais tout sera en ordre dans quelques jours. Et quand je signe quelque part, c’est toujours pour deux ans.»

Nos dernières videos