DIABLES ROUGES - Qualifications Euro 2016

Witsel frustré: «Des offres concrètes de la Juventus ou Milan, c’est exceptionnel»

Witsel frustré: «Des offres concrètes de la Juventus ou Milan, c’est exceptionnel»

Axel Witsel est toujours un Diable du Zenit. «C’est frustrant, mais ce devait être mon destin.» BELGA

Axel Witsel espérait changer d’air cet été. Le Zenit St-Pétersbourg en a décidé autrement. Rendez-vous en janvier?

Son nom a été cité à gauche et à droite ces dernières semaines, notamment à Tottenham («il aurait été le bienvenu, on accueille tous les bons joueurs», plaisantait Jan Vertonghen, assis à ses côtés) mais surtout à la Juventus et à l’AC Milan.

Les dirigeants du Zenit ayant opposé un veto formel ces derniers jours, Axel Witsel restera à Saint-Pétersbourg au moins jusqu’au mois de janvier. Pour la suite, tout dépendra de ses prestations, du bon vouloir de sa direction et peut-être de la suite du parcours européen de son club, qui se retrouve dans une poule de Ligue des champions avec Lyon, Valence, et Gand, «une équipe que je suis heureux de retrouver, que je respecte mais qu’on doit pouvoir écarter».

«C’est clair que je voulais partir mais je n’ai tout simplement pas reçu l’autorisation, expliquait encore le Liégeois, visiblement déçu, au sujet de ce transfert avorté. Dans le cas présent, il ne s’agissait pas d’une question d’argent. Le Zenit voulait me garder parce que sportivement, je suis un de leurs meilleurs joueurs et qu’ils ont des ambitions. En plus, ils n’avaient pas trop le temps de se retourner pour trouver quelqu’un à ma position. Ils m’ont dès lors fait comprendre que même en cas d’offre à 60 ou 70 millions d’euros, ils auraient décliné. C’est évidemment frustrant parce que recevoir des offres concrètes de clubs comme la Juventus ou Milan, c’est tout de même exceptionnel. Après, peu importe que ce soit l’un ou l’autre. Maintenant, ce devait être mon destin et je dois l’accepter en passant rapidement à autre chose, sans ressasser cette frustration éternellement. Le Zenit a investi beaucoup d’argent sur moi et c’est normal que je lui rende la pareille. Je ne voulais pas aller au clash parce que ce n’est ni mon style ni le moment. Je ne suis tout de même pas dans une prison dorée ni mentalement à terre. À moi de me concentrer pour continuer à briller. »

En équipe nationale, Axel Witsel veut également remettre les points sur les «i» après le couac de Cardiff, début juin. Face à la Bosnie, les Diables rouges joueront un match capital pour la qualification et sont évidemment conscients qu’il faudra le remporter. « Lors de notre dernier match, nous n’avions pas été bons collectivement et c’est cela qu’il faudra rectifier, d’autant plus qu’on évolue devant notre public, poursuit-il. Dans l’entrejeu, on a trouvé une belle complémentarité avec Marouane (Fellaini) et Radja (Nainggolan), qui nous permet d’évoluer un cran plus haut et de créer le danger. On s’attend à un match physique face à une Bosnie qui n’est certainement pas à sa place mais qu’on peut reléguer à six longueurs en cas de succès. »

Nos dernières videos