Un logis et une école des devoirs

Aux Logis de Louvranges, les enfants réfugiés bénéficient d’un encadrement par des bénévoles. Isabel Corthier/Caritas International

De nombreux enfants qui chaque année intègrent la «classe passerelle» de l’école de Blocry vivent aux Logis de Louvranges, à Wavre.

Géré par Caritas International, cet ensemble d’une vingtaine d’appartements privatifs accueille une septantaine de candidats à l’asile. Des femmes exclusivement, célibataires ou le plus souvent avec enfants. Plus de 40 actuellement dont une trentaine est scolarisée en primaire à Ottignies. Ces jeunes viennent pour plus des trois-quarts d’entre eux d’Afrique (Erythrée, Congo, Guinée,…) mais aussi de pays comme l’Afghanistan, le Tibet ou, comme tout récemment une mère avec quatre enfants, de Syrie.

Pour ces mamans seules, déboussolées par l’exil et qui parlent rarement le français, Caritas International fournit un gros travail d’encadrement administratif, pédagogique et de socialisation pour accompagner le parcours scolaire de leurs enfants.

Julie Grisar, l’accompagnatrice sociale, s’occupe des inscriptions, des liens avec le PMS et autres tâches administratives lorsque les mères ne sont pas (encore) capables de l’assumer seules.

Nathalie Braun, la coordinatrice des Logis, elle, supervise l’école des devoirs. Celle-ci fonctionne chaque année avec cinq à dix bénévoles qui prennent en charge individuellement les enfants réfugiés durant tout leur séjour à Wavre.

«Mais toujours, nous travaillons en collaboration avec l’enseignant et nous associons la maman afin de l’impliquer dans la scolarité de son enfant», indique Nathalie Braun. Une formule qui semble fonctionner puisque l’an dernier aucun absentéisme scolaire n’a été enregistré. Mieux: la scolarisation des enfants pousse généralement les mamans à prendre elles-mêmes des cours de français.

Sur le plan de l’apprentissage des enfants, la création il y a 3 ans de la «classe passerelle» à l’école communale de Blocry a été une réelle plus-value, souligne aussi Anne Scheuren, l’assistante sociale des Logis de Louvranges. «Cela a apporté un apprentissage plus structuré et plus adapté pour ces enfants, dit-elle. C’est positif à la fois pour les résultats scolaires et pour le bien-être des enfants. Ils sont autrement motivés car ils ne sont plus dans une classe où ils ne comprennent rien et ils peuvent aussi se motiver les uns les autres.»

Le 13 septembre, les Logis de Louvranges proposent une grande brocante et des animations pour fêter les cinq ans du centre. www.caritas-int.be/fr

Nos dernières videos