article abonné offert

BICENTENAIRE DE 1815

« Plus que jamais, le tourisme de mémoire s’est développé »

« Plus que jamais, le tourisme de mémoire s’est développé »

Le sarcophage du major Heylandt, qui se trouve dans le jardin du Musée Wellington, a été fleuri et décoré d’une gravure par sa famille. ÉdA

Depuis le bicentenaire de la bataille, il est fréquent de constater aux endroits où se situent des plaques, des monuments ou des lieux emblématiques du champ de bataille, que ce soit à Lasne, à Genappe ou à Braine-l’Alleud et même jusque dans le centre de Waterloo, la présence de petites couronnes de coquelicots en papier, de petites croix, de modestes gerbes ou de bouquets… C’est notamment le cas sur le site de la ferme d’Hougoumont, le long du chemin des Vertes Bornes, sur la route de la Marache, en l’église Saint-Joseph et dans le jardin du Musée Wellington.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 32 des 157 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?