SANTÉ

SANTÉ | La cryothérapie : 3 minutes à -140°

Fini de se prélasser dans les saunas pour soulager rhumatismes, douleurs articulaires et autres tensions musculaires. Votre nouvel allié est le froid !

Françoise de Neve de Roden nous a accueillis dans son centre de cryothérapie à Ohain (Lasne) afin de nous faire découvrir la dernière thérapie à la mode. Une étroite cabine cylindrique où seule votre tête dépasse, une épaisse fumée blanche qui en sort et une température descendant à -140°C. Voilà à quoi ressemble une séance de "cryothérapie corps entier". Les séances sont plutôt brèves puisque la durée maximum n’excède pas les trois minutes.

Souffrances chroniques

La cryothérapie traite surtout les souffrances chroniques telles que la fibromyalgie et la polyarthrite mais aussi des traumatismes comme des entorses et des contusions musculaires ou simplement de la récupération sportive. Ce traitement n’est pas accessible à tout le monde. Les personnes atteintes de trouble cardio-vasculaire, de la maladie de Raynaud, d’asthme ou bien d’hypertension ne sont pas autorisées à suivre des séances de cryothérapie.

Les premières sessions peuvent être stressantes pour les clients mais une fois passé le cap, ils en deviennent presque accros. Cependant, Françoise met en garde contre les excès. « Il est nécessaire de faire des pauses de temps en temps pour que le corps ne s’habitue pas aux chocs thermiques. Dans ce cas-là, les séances n’auraient plus aucun intérêt. »

De nombreux sportifs ont recours à cette technique qui leur permet une bonne récupération. En effet, les 3 minutes de cryo correspondent à 20 minutes dans un bain glacé.

Lors de notre visite, nous avons rencontré Charlotte, 17 ans, souffrant du syndrome de fatigue chronique depuis quatre ans. Elle a été la première patiente de ce centre. « Avant, je devais rester dans mon lit tout le temps. Je ne pouvais plus aller à l’école, j’étais isolée. » Après quelques séances, elle a toute suite commencé à se sentir mieux. « J’avais essayé pas mal de choses avant mais la cryo m’a beaucoup plus soulagée, surtout au niveau de la fatigue. Au début je faisais trois séances par semaine. Maintenant j’en suis à une séance. » Elle peut dorénavant avoir une vie normale. « Qui aurait pu dire il y a trois ans, que j’irai à l’université ? »

Découvrez la cryothérapie dans notre reportage vidéo ci-dessus.

+ Prolongez l'info dans le supplément Deuzio de L'Avenir de ce samedi 5 septembre 2015.