Piétonnier du centre-ville : 2 commerçants sur 3 ont fait de mauvaises affaires pendant le mois de juillet

Piétonnier du centre-ville : 2 commerçants sur 3 ont fait de mauvaises affaires pendant le mois de juillet

Le mois de juillet était plutôt mauvais pour les commerces qui vendent au détail EdA - Julien RENSONNET

Une enquête réalisée auprès de 200 commerces au détail actifs sur le piétonnier, révèle qu'ils ont réalisé un chiffre d’affaire inférieur à celui du mois de juillet de l’année dernière. Pourtant, il serait encore trop tôt pour incriminer le piétonnier.

 

Afin d’évaluer l’impact du piétonnier sur le commerce, deux enquêtes ont été réalisées. La première, commanditée par la Fédération Horeca Bruxelles est plutôt positive. Elle révèle que le secteur Horeca « ne se plaint pas d’une baisse de fréquentation des clients mais a fait état de difficultés rencontrées en termes de livraisons et de l’impréparation et l’absence de concertation avec les riverains pour la mise en œuvre de la mesure. »

Bon pour l’Horeca, mauvais pour le commerce au détail

Une deuxième enquête de l’HTC, s’est intéressée à l’évolution du chiffre d’affaire des commerces au détail au cours du mois de juillet, par rapport au même mois de l’année précédente. Les résultats sont moins encourageants : 2 commerçants sur 3 disent avoir fait de mauvaises recettes, tandis que les autres font état d’une tendance au status quo. Néanmoins, la majorité estime que leur point de vente est resté accessible à la clientèle.

Pour Francine Werth, chargée de projet à l’HTC, les résultats de cette double enquête semblent corroborer la théorie économique relative à la piétonisation : «  en général, le secteur qui profite le plus des zones piétonnes, c’est l’Horeca car les cafés  et les restaurants peuvent installer des terrasses. C’est plus délicats pour les autres secteurs ».

La faute au piétonnier ?

Les responsables de l’enquête restent prudents : il est encore trop tôt pour dire que la baisse de régime est due au piétonnier : «  les études montrent que le mois de juillet n’a pas été très bon pour l’ensemble des secteurs, pas seulement dans la zone piétonne », affirme Francine Werth. Elle pointe également le manque de mixité commerciale du centre comme étant « peu propice pour susciter la promenade des chalands ».