PATRIMOINE

Les secrets de Laeken : à la découverte du « Père Lachaise » belge

A deux pas de l’Atomium, sont endormis à jamais, sous de somptueuses dalles de marbre et mausolées, les plus illustres personnalités belges du 19ème siècle. Qui sont-ils, quels sont les symboles qui ornent leurs tombes, pourquoi la seconde église n’a-t-elle jamais été terminée ? Le cimetière de Laeken nous ouvre ses portes.

A l’arrière de l’imposante église Notre-Dame, les mausolées fissurés et recouverts de lierre, laissent deviner l’importance de leurs locataires éternels. Car au 19ème siècle, toute personne importante, se devait d’être enterrée dans le plus vieux cimetière de la région situé à Laeken : « c’était un cimetière à la mode car c’était le seul encerclant une église à l’intérieur de la ville », nous explique Christophe, guide à Laeken Découverte.

A cette époque, pour des raisons sanitaires, les cimetières étaient généralement répartis aux abords de la capitale : le cimetière de Bruxelles se trouvait à Evere, celui de Saint-Josse à Schaerbeek ou encore celui de Saint-Gilles à Uccle. Pourtant, les habitants aimaient l’idée d’être enterrés à l’ombre d’une église, raison principale de son succès.

Le cimetière des rois

C’est également pour cette raison religieuse que la première reine des belges, Louise-Marie, décide d’être inhumée à Laeken. «Depuis son décès en 1850, tous les rois et reines, sans exception, sont enterrés dans la Crypte Royale de l'église Notre-Dame », explique le guide. Selon les dires,cette obligation royale ne plaisait pas à Léopold 1er et à Léopold III : le premier aurait voulu être enseveli auprès de sa première femme en Angleterre, à l’instar de son descendant qui préférait de loin le calme de son domaine d’Argenteuil.

Une autre anecdote concernat Léopold III, il est le seul souverain enterré avec ses deux épouses. «Normalement les tombeaux sont prévus pour deux personnes mais à la mort de Liliane, Baudouin a fait agrandir le tombeau de son père».

A la mort de Léopold III, un autre scandale vient ternir son image : « les caveaux sont prévus pour des couples, ainsi chaque roi et reine reposent  ensemble pour l’éternité. Léopold III, lui, ne voulait rien entendre, il est enterré avec ses deux épouses».

A l’époque, on aménage deux entrées pour la crypte royale : l’une passant par l’intérieur de l’église, l’autre par l’extérieur : « comme il y avait de grosses tensions entre les croyants et les non-croyants, on a imaginé une entrée extérieur à l’église pour que les non-croyants ne soient pas obligés de passer par un espace consacré ».

Delhaize, La Malibran, Coghen

Hommes politiques, sculpteurs, architectes, … des noms illustres sont gravés sur les tombes : « ici c’est la tombe de monsieur Coghen, le premier ministre des finances de Belgique. Là c’est celle de Marie Pleyel. On la considérait comme un petit Mozart car depuis l’âge de 7 ans, elle jouait du piano dans les salons européens. Elle a même été fiancée à Berlioz mais elle a rompu ses fiançailles… », raconte notre guide.

Plus loin, un autre nom connu : Camille Jenatzy. Enseveli avec son grand-père, Constant Jenatzy, est le premier homme à avoir dépassé les 100 km/h au volant de sa voiture la « Jamais Contente ». C’est aussi  lui que l’on surnommait le premier « Diable Rouge » car c'est parait-il, la couleur du diable.

Enfin, à l’ombre d’un hêtre pleureur, se cache le superbe mausolée de la Malibran, la plus célèbre cantatrice de l’époque, décédée à l’âge de 28 ans des séquelles d’une chute de cheval. Pour la petite histoire, elle habitait, avec son deuxième mari, dans une charmante maison de campagne place Fernand Coq, qui est devenue… la maison communale d’Ixelles.

Le lierre symbole de la victoire de la vie sur la mort

Hêtre pleureur, statues, … les allées du cimetière sont remplies de symboles : « en hiver, le cimetière est toujours vert car on y a planté des espèces qui ne perdent pas leurs feuilles, comme des conifères ou du houx. Le lierre qui emprisonne les tombes, symbolise la victoire de la vie sur la mort, le hêtre pleureur c’est la tristesse», explique le guide.

Près de l’entrée latérale, à l’intérieur d’un mausolée, une femme en pierre pointe de la main le haut d'un dôme percé : « ce mausolée est incroyable car le 21 juin à 11h, la lumière qui passe par le trou du dôme forme un cœur sur le mur du mausolée. Il symbolise l’amour du mari pour sa femme décédée».

A quelques pas, trône un des 22 exemplaires du « penseur de Rodin ». «  Il n’y en a que 2 dans le monde qui siègent sur une tombe, sur celle de Rodin lui-même et sur celle de Jef Dyllen, ici », raconte Christophe.

 

 

Un  cimetière trop petit ?

Victime de son succès, le cimetière devient vite trop étroit. L’échevin des travaux publics a alors une idée de génie « pourquoi ne pas l’agrandir par le bas ? ». Il décide donc de créer un système de galeries funéraires, une  sorte d’appartements sur 4 étages, qui permettraient de gagner de la place mais aussi de l’argent. « Ce système existait déjà dans les pays méridionaux mais nous sommes les premiers d’Europe du Nord à l’avoir fait ».

Deux églises au milieu du village

Une ancienne église dont il ne reste que le cœur, une nouvelle jamais terminée… Le cimetière de Laeken, c’est aussi l’histoire d’un début de 20ème siècle pris entre deux guerres. En 1850, le gouvernement décide de construire une nouvelle église dont la première pierre est posée quelques années plus tard. Au début du XXème siècle, l'ancienne est détruite, à l'exception du choeur, que l’on peut toujours appercevoir au milieu du cimetière.

Lorsque la guerre éclate, les sculptures de la nouvelle Notre-Dame ne sont pas terminées et l’armée allemande réquisitionne le bois des échafaudages dont se servaient les sculpteurs. « Après la première guerre mondiale, la commune avait d’autres chats à fouetter que de sculpter une église à Laeken, et les tours n’ont jamais été finies » avoue Christophe. 

Demeure des rois, de leur vivant et au-delà, la commune de Laeken recèle de nombreux autres sercets que nous vous feront découvrir dans les prochains jours.

+ d'infos sur les visites de Laeken Découverte sur le site