Alex Vizorek sert la soupe à Prokofiev

Alex Vizorek dans son sketch «les cymbales». «C’est ce que je joue le mieux, avec le triangle…» Mathieu Buyse

Il avoue qu’on n’écoutait pas Deutsche Grammophon à la maison. Au Kidzik, l’humoriste racontera pourtant «Pierre et le loup».

Alex Vizorek, plus connu pour ses billets d’humeur à la RTBF radio que pour ses talents de musicien, s’est lancé à l’assaut du classique de Prokofiev, «Pierre et le loup».

Qu’est-ce qui vous a pris de vous investir dans un spectacle de musique classique pour enfants?

On me l’a proposé et c’était impossible de refuser. Ça m’a étonné que l’on pense à moi, car je n’ai pas une grande sensibilité pour la musique classique, mes parents n’écoutaient pas Deutsche Grammophon en boucle, j’avoue que je ne connaissais pas vraiment l’œuvre… Mais je n’avais jamais rien fait pour ma nièce de 2 ans et demi et ma filleule de 8 ans. C’était l’occasion de les voir venir m’applaudir pour un truc qu’elles comprenaient enfin…

Vous êtes entouré d’un orchestre de 25 jeunes musiciens…

En fait je suis l’un des instruments, la voix. Le chef d’orchestre me fait signe avec sa baguette, comme aux autres. Il y a une partition vocale.

Vous avez quand même une marge de liberté?

Pas vraiment, sauf au début. Je présente les instruments les uns après les autres. C’est l’occasion de faire rire un peu. Mais ce n’est pas moi qui dois cabotiner. On est 26 sur scène. Les musiciens servent la soupe à Prokofiev, pas à Vizorek.

Vous jouez d’un instrument?

J’ai appris la guitare seul. J’avoue que je fais assez peu de concerts, c’est peu demandé… mais je m’amuse un peu avec en spectacle ou en vacances.

Vous en pensez quoi, de «Pierre et le loup»?

C’est intelligent, et c’est un moyen très efficace de transmission de la musique classique. Les parents adorent. Ici, une illustratrice soutient le propos, ses dessins sont projetés, ça aide à soutenir l’attention, même des petits.

La saison passée, le spectacle avait reçu un très bon accueil des enfants…

Oui, on a fait surtout des scolaires. C’est un public particulier. Les enfants parlent entre eux, ils posent des questions, j’ai été assez déstabilisé à la première. Puis j’ai pigé que ce n’était pas dirigé contre moi… À la sortie, j’étais un héros, Justin Bieber! C’est très agréable.

Le 29.8, à 14het 17h30 (dès 4 ans).