Les photos édifiantes de La Nouvelle-Orléans dix ans après l'ouragan Katrina

Entre quartiers dévastés et maisons abandonnées, La Nouvelle-Orléans n'as pas encore complètement pansé les plaies béantes du passage de Katrina.

Le 29 août 2005, l'ouragan Katrina frappe de plein fouet La Nouvelle-Orléans.

Les trombes d'eau et les vents violents dévastent la plus grande ville de l'état de Louisane.

Le bilan est catastrophique : 1863 morts, 108 milliards de $ de dommages, des milliers de personnes jetées à la rue.

Dix ans plus tard, comment New Orleans s’est-elle reconstruite ?

A en croire les clichés édifiants de l’activiste et photographe américain surnommé Seph Lawless, la désolation est encore le triste quotidien du Lower Ninth Ward, le quartier le plus touché par l’ouragan de catégorie 5.

Des âmes en peine errent dans ces rues, occupent des bâtisses délabrées ou tentent de reconstruire sur les ruines du chaos.

Au détour d'un cliché, Seph Lawless nous présente les jumeaux de Katrina.

"Voici Donovan et Devon (10 ans), nés de la grande inondation qui a suivi. Ils ont vu le jour dans le Lower Ninth Ward quelques jours après le passage de Katrina. Sur cette image, ils jouent près de leur foyer, qui est une maison abandonnée.

«

La population des sans-abri a augmenté de quasiment 80% depuis l'ouragan Katrina

»

« Mon pays a une longue tradition qui consiste à ne pas prendre soin des faibles, des démunis et des affamés », dénonce Seph Lawless.

« Mon pays se félicite pourtant de vendre la propagande inverse au monde entier et des gens de toute la planète viennent ici dans l’espoir d’avoir une meilleure vie. Mais le plus souvent, ils sont simplement exploités et négligés. Mes images montrent une vision plus honnête de l’Amérique. Une vision plus vulnérable. »

En marge du quartier à jamais meurtri du Lower Ninth Ward, l’activiste américain a baladé son objectif indiscret dans d’autres zones de la ville. Le jadis florissant parc d’attractions Six Flags ? A l’abandon.

Le même sort est réservé au casino de la MGM.

Au coin d’une rue, un citoyen écoule dans le coffre de la voiture de la limonade maison, histoire de nouer les deux bouts.

« Je me suis senti très triste en prenant ces photos et en filmant pour une émission que je prépare ces personnes qui ont survécu au passage de l’ouragan. Les gens ont accepté de partager des récits personnels horribles sur ce qui leur est arrivé. »

+ Cliquer ici pour découvrir le site de Seph Lawless