Le cancer tue toujours 70 ans après Hiroshima et Nagasaki

Le cancer tue toujours 70 ans après Hiroshima et Nagasaki

(illustration) gilles lougassi – Fotolia

Septante ans après Hiroshima et Nagasaki, les hôpitaux de la Croix-Rouge japonaise continuent de soigner des personnes atteintes de divers cancers et leucémie imputables aux radiations des explosions atomiques et près de deux tiers d’entre elles en meurent.

Pour la seule année 2014, les hôpitaux de la Croix-Rouge du Japon qui prennent en charge les rescapés des bombardements sur Hiroshima et Nagasaki ont respectivement traité 4.657 et 6.030 survivants.

Par ailleurs, jusqu’en mars 2014, près des deux tiers des décès (63%) à l’hôpital de Hiroshima étaient imputables à diverses formes de cancers dus aux bombardements atomiques. Le cancer du poumon arrive ainsi largement en tête (20%) suivi du cancer de l’estomac (18%), du cancer du foie (14%), de la leucémie (8%), du cancer de l’intestin (7%) et du lymphome malin (6%). Durant cette même période, plus de la moitié de tous les décès survenus à l’hôpital de la Croix-Rouge de Nagasaki (56%) étaient également dus au cancer, précisent les organisations humanitaires.

Sur les quelque 200.000 rescapés encore en vie septante ans après les faits, plusieurs milliers d’entre eux continueront à avoir besoin de soins dans les années à venir pour des maladies imputables aux radiations tandis que l’impact psychologique des bombardements continuera de hanter les survivants, même s’ils ne sont pas physiquement malades, ajoutent les deux organisations.

La Croix-Rouge du Japon gère des hôpitaux pour les survivants des bombardements atomiques depuis 1956 à Hiroshima, et depuis 1969 à Nagasaki. Ces hôpitaux ont pris en charge plus de 2,5 millions de personnes en soins ambulatoires et plus de 2,6 millions en soins hospitaliers.

Le largage par les États-Unis des deux bombes atomiques les 6 et 9 août 1945 entraîna la mort, selon les estimations, de respectivement 140.000 personnes à Hiroshima et de 74.000 autres à Nagasaki. Le 15 août, l’empereur Hirohito annonçait à son peuple incrédule la fin des hostilités sans toutefois jamais prononcer le mot de «défaite». Le 2 septembre, la signature de l’acte de reddition du Japon mettait un terme à la Seconde Guerre mondiale.