Ne dites plus «Mademoiselle» mais bien «Madame»

Dans les administrations, il n’y aura bientôt plus de «Mademoiselle». Reporters (Illustration)

C’est la Fédération Wallonie-Bruxelles qui a tranché: la mention «Mademoiselle» disparaît notamment des formulaires administratifs pour laisser place à l’unique «Madame».

Après la France, c’est la Fédération Wallonie-Bruxelles qui a décidé de bannir la mention «Mademoiselle» de ses formulaires administratifs. Une nouvelle norme qui se base sur le travail de linguistes belges.

Ainsi, dans la brochure «Mettre au féminin: guide de la féminisation, des noms de métier, fonction, grade ou titre», les experts pronent l’abandon de la dénomination «Mademoiselle». «lors que la civilité masculine ne varie pas selon l’Etat civil, c’est de sa relation officielle à un homme que dépend le titre donné à une femme.»

Interrogée par «Le Soir», Anne Dister, professeure de linguistique à Saint-Louis et co-auteure de cette brochure, évoque même une intrusion dans la vie privée des femmes: «Au moment de postuler pour un emploi, je n’ai pas besoin de préciser si je suis mariée ou non.»

Et les linguistes de poursuivre leur raisonnement: «La distinction charrie par ailleurs d’un lot d’associations, certes favorables parfois aux Madame et Mademoiselle, mais assorties d’autres fois d’une contrepartie moins flatteuse, dont les messieurs ne connaissent aucun équivalent: aux Madame, la maturité, la respectabilité et l’assise sociale (autrefois, celle de leur époux essentiellement) mais aussi l’idée qu’elles ne sont plus disponibles pour la séduction amoureuse; aux Mademoiselle, la jeunesse, la fraîcheur, l’innocence, associations qui s’évanouissent si elles tardent à convoler, pour laisser la place à la suspicion qu’elles pourraient bien avoir été laissées pour compte.»

Bref, qu’elles soient mariées ou célibataires, mères de famille ou non, toutes les femmes devront désormais cocher la case «Madame» dans les formulaires administratifs de la Communauté française.