BRUXELLES

Les scellés sur quatre night shops du piétonnier

Les night shops situés boulevard Jacqmain 6 et 8, entre autres, ont été fermés. Google Street View

Le piétonnier va tout doucement voir la consommation d’alcool en son sein être reprise en main par la Ville de Bruxelles. On sait les night shops dans le viseur: 4 d’entre eux ont été fermés ce 4 août.

La Ville de Bruxelles a ordonné mardi la fermeture de quatre magasins de nuit situés le long du piétonnier aménagé depuis un peu plus d’un mois sur les boulevards du centre de la capitale ou à sa proximité. Les établissements visés sont situés 6 et 8, boulevard Emile Jacqmain, 131, boulevard Anspach et 98 A, rue du Midi.

Au-delà de la motivation première de la pose de scellés par un fonctionnaire de la ville, mardi matin - l’absence persistante de permis de régularisation pour l’exploitation de night shops -, la Ville espère que l’opération aura un impact sur la consommation de boisons alcoolisées sur le piétonnier, lieu de ralliement de certains fêtards qui s’y approvisionnaient, explique l’échevin de l’urbanisme, Geoffroy Coomans de Brachène (MR).

+ LIRE AUSSI | «Je préfère voir les gens prendre une bière en terrasse qu’une canette de night shop par terre»

Pour pouvoir rouvrir les portes de leurs établissements, les commerçants concernés devront signer un engagement formel à ne le faire qu’en journée. Sinon, prévient l'échevin, les scellés seront apposés de manière définitive.

L’objectif poursuivi par le Département urbanisme de la Ville n’est donc pas de punir les commerces, affirme Coomans de Brachène, «mais  bien de cadrer les commerces peu respectueux du patrimoine et des règles en vigueur, destinées à protéger les habitants, riverains et usagers  du centre d’éventuelles nuisances. Nous avons déjà fermé plusieurs établissements dans la zone Unesco, nous continuons plus largement sur les boulevards du centre».

Le cabinet de l'échevin de l'Urbanisme assure en effet que 15 night shops de la zone Unesco ont récemment été soumis aux mêmes contraintes, «qu'ils semblent tous respecter».

Un piétonnier plus propre

Coomans espère aussi avoir un effet sur la tranquilité du piétonnier. «Ce genre d’action peut tendre à réduire les nuisances sonores et l’insécurité qu’occasionnent certains établissements de nuit sur le nouveau piétonnier.»

Rappelons enfin qu'il y a trois semaines, la Ville de Bruxelles a adopté de nouvelles mesures pour renforcer la propreté et la convivialité sur le nouveau piétonnier. La campagne de prévention et d’information avait été lancée en parallèle notamment pour rappeler que les infractions en matière de bruit et de tapage, de consommation excessive d’alcool et d’ivresse publique, de jet de déchets, ou pour le fait d’uriner peuvent se solder par des amendes parfois salées (jusqu’à 350 euros).