article abonné offert

La chasse aux trophées, dérive mercantile

La chasse aux trophées, dérive mercantile

La chasseuse «extrême» Olivia Nalos Opre, ex-reine de beauté, pose au milieu de ses trophées. L’Américaine affirme «adorer les animaux». Reporters/Incredible Features

Le lion Cecil est désormais plus connu que celui de la Metro Goldwyn Mayer. Une chasse en Afrique, c’est forcément la dérive? Vu de Dinant, non…

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 75 des 646 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?
Nos dernières videos