EUROPA LEAGUE - 3e tour préliminaire (match aller)

Ils devront jouer à… l’emporte Kiev

Charleroi - Zorya Luhansk : 0 - 2

Assistance: 9 415.

Arbitre: M. Petrescu.

Cartes jaunes: Pyliavsky, Sivakou, N’Ganga, Chaikovs’Kyi..

Buts: Malinovsky (0-1, 70e), Malinovsky (0-2, 90e). .

CHARLEROI: Penneteau, Marinos, Dewaest, Martos, N’Ganga, Marcq, Ndongala (79e Ferber), Saglik, Stevance (74e Galvez), Kebano, Pollet.

ZORYA LUHANSK: Shevchenko, Opanasenko, Pyliavskyi, Sivakou, Kamenuyka, Gordyenko (63e Ljubenovic), Chaikovs’kyi (80e Crechynshkin), Karavaiev (78e Petriak), Malinovsky , Komchenovskyi, Budkivskyi

Cette fois, l’os a été trop dur. Beaucoup trop dur. Pour aller voir ce qu’il se passe en barrages d’Europa League, les Carolos devront aller s’imposer à Kiev, et sans doute même y marquer au moins trois buts. Ce qui sera tout sauf évident. On frôle même la mission impossible.

Car c’est quoi ce Zorya Luhansk, en fait? Pour tous ceux qui ne connaissaient pas ce club du fin fond de l’Ukraine, Luhasnk a vite déposé son CV sur la pelouse du Mambour. Et imprimé son style dans les esprits. C’est simple, les Carolos n’ont pas touché le ballon durant… les quinze premières minutes. Le FC Zorya Luhansk constitue tout simplement l’antithèse du Beitar Jérusalem balayé par les Carolos au tour précédent.

L’équipe ukrainienne, elle, ne chipote pas. Ça joue simple, vite, c’est organisé et propre comme la cuisine d’un chef étoilé. Et tant pis pour le pot d’épices hors de portée de main. Avec un pressing constant vers le camp carolo («défendre en avançant», comme ça fait bien de dire), des dédoublements et des infiltrations incessantes, la machine de Youri Vernydub, succursale du Shakthar Donetsk où le géant d’Ukraine refourgue tous ses surnuméraires, est parfaitement huilée. Et redoutable. Parce que la magie en foot, finalement, ce n’est pas qu’un triple dribble, une roulette ou une Rabona. C’est aussi une multiplication de passes propres, souvent en un temps, pour amener le jeu exactement là où il doit être.

Seul soulagement en première période pour les Zèbres, dont le meneur de jeu, Kebano, s’était fait mettre en boîte: ils ont réussi à s’offrir deux belles occasions… soit autant que leur adversaire durant le même laps de temps, finalement. Via un coup-franc de Saglik détourné par Shevchenko et une grosse frappe plombée de Stevance, sur le dessus de la barre.

Mais la seconde période repartie sur les bases de la première, cela devait arriver. Et c’est Malinovsky, le meilleur homme sur le terrain (quel infiltreur!) qui a mis fin à l’inefficacité de son équipe en trouvant la lucarne de Penneteau. Avant de doubler la mise dans la dernière minute, comme pour aller plomber le suspense.

Et comme Luhansk a montré qu’il sait défendre et protéger son acquis, le Sporting devra être extraordinaire de réalisme dans la capitale ukrainienne la semaine prochaine… Mais avant cela, les Zèbres devront relancer la machine à Lokeren, dimanche.

Nos dernières videos