«Le médecin est un peu l’avocat du patient. Avec un certificat, c’est lui qui prend la responsabilité de l’absence du travailleur.

Le patient doit être défendu devant une société soupçonneuse.»: le Dr Roland Lemye, pour l’Absym, apporte son éclairage dans le débat.

«Oui, les certificats de complaisance existent parce que la relation entre le médecin et le patient est intime et qu’en sortir pour devenir gendarme n’est pas évident. Avant quand on était encore dans le plein-emploi, c’était plus fréquent mais actuellement, les gens tiennent à leur place. Il faut parfois insister pour qu’ils se reposent.» Pour lui, les profiteurs ne sont pas légion «et je ne pense pas que cette disposition va engendrer des grosses économies pour la sécurité sociale.»

De conclure avec cette réflexion: «Aller travailler dans un état grippal n’est pas non plus une bonne solution, c’est la meilleure façon de répandre la grippe dans l’entreprise.»

Pour conclure: «Au Pays-Bas, le certificat médical n’est plus nécessaire pour les absences de courte durée mais il faut tenir à l’œil l’absentéisme qui y est plus important.»

Nos dernières videos