La grande distribution botte en touche

Hier c’est à Battice que les agriculteurs ont mené des actions spectaculaires. En coulisse, les syndicats s’unissent. BELGA

La grande distribution est prête à collaborer avec les agriculteurs. Mais elle rappelle qu’elle n’a aucun pouvoir sur la fixation des prix…

Penser que c’est du côté de la grande distribution qu’il faut trouver la solution, Dominique Michel, CEO de Comeos, estime que les agriculteurs se trompent de cible.

Si les prix du lait et du porc payés au producteur sont si bas actuellement, ce n’est pas la grande distribution qui en serait responsable. «Les supermarchés belges n’exercent aucune influence sur ces prix», assure Comeos. Et l’association représentant les commerces de demander «de lever les barrages et de rechercher des solutions ensemble.»

C’est au niveau mondial que les prix se négocient, rappelle le patron de Comeos. «La viande de porc produite en Belgique est exportée à plus de 60% et le lait à plus de 50%. Les supermarchés belges ne vendent que 10% de la viande de porc belge et seulement 15% du lait belge en tant que lait de consommation. Notre impact sur la fixation des prix est donc nul.»

Marge de manœuvre limitée

La surproduction est aussi grandement responsable de l’impact sur les prix, de même que l’embargo russe. «Notre marge de manœuvre au niveau belge est limitée, nous devons donc d’urgence arriver à trouver une solution au niveau européen.»

Du côté des agriculteurs, on s’organise. Après le Hainaut dès mercredi soir, c’est du côté de Battice, en province de Liège, que la grogne des agriculteurs a été entendue hier.

L’Agrofront - rassemblant les syndicats flamands ABS et Boerenbond – ainsi que la FWA s’est élargi hier à la FJA, au Fugea et au MIG. «Les organisations professionnelles ont décidé de travailler ensemble à l’analyse et à la recherche de solutions en vue d’assurer le revenu de nos agriculteurs tant pour le court que le long terme. L’objectif reste un prix qui couvre les coûts de production et assure la rémunération du travail. Elles ont décidé de travailler, en collaboration, à la définition d’une stratégie en perspective du Conseil européen de l’Agriculture du 7 septembre.»

La crise touchant l’ensemble de l’Europe, dont le plus gros producteur laitier – l’Allemagne, ce sommet devra impérativement déboucher sur des solutions à court terme.

Nos dernières videos