Foire de Libramont

Les agriculteurs crient déjà leur colère à la Foire de Libramont

Alors que la Foire agricole avait à peine ouvert ses portes ce vendredi matin, les agriculteurs, principalement des producteurs de lait, ont démarré un tour de différents stands sur le site pour crier leur colère aux alentours de 10h.

Armés de leurs cordes vocales, de bidons vides et de bâtons en bois, plus d'une cinquantaine d'agriculteurs, brandissant des drapeaux du MIG et de la FUGEA, ont lancé leur cri de colère, passant de stand en stand et s'arrêtant surtout à ceux des banques et des représentants politiques, directement visés par les critiques des manifestants. 

Les forces de l'ordre ont encadré les manifestants pour éviter tout débordement.

"Nous ne ferons rien aujourd'hui, mais gare à vous si nous devons revenir!", a lancé un des producteurs, parlophone à la main, devant la CBC.

S'ils se font bel et bien entendre, tel un troupeau ordonné, mais déterminé à sauver sa peau, les agriculteurs espèraient surtout rencontrer un ministre. Leur souhait a été rencontré puisque peu avant midi, les manifestants ont rencontré le ministre wallon de l'agriculture René Collin, le ministre fédéral de l'agriculture Willy Borsus et le ministre-président de la Région wallonne, Paul Magnette, devant le pavillon du Luxembourg belge, durant moins d'une demi-heure.

Vers midi, la manifestation a touché à sa fin.

La colère des agriculteurs belges était bien prévisible puisqu'à l'image de nos voisins français qui ont effectué de nombreux blocages sur leurs routes ces derniers jours, les producteurs laitiers belges doivent faire face à des prix bien trop bas pour survivre. Il faut dire que le lait européen est maintenant au prix mondial, il est retombé de 40 à 27 centimes.

La manifestation portera-t-elle ses fruits? Tout porte à croire que nous aurons la réponse dans douze mois au plus tard.